Lettre ouverte : Aliou Konah s’adresse à son ex ami, le ministre Ousmane Gaoual Diallo

« Monsieur le ministre, chaque fois que je vous envoie des messages privés… je retrouve toujours les captures d’écrans de ces mêmes messages avec des amis ailleurs. Ce qui pour moi est la preuve éloquente de votre manque d’élégance et de votre légèreté. Monsieur le ministre, comprenez une chose, votre comportement, votre attitude, votre manière de faire ne feront que vous faire souffrir quelques soient les milliards que vous aurez durant cette transition », a notamment expliqué Aliou Konah à son ex ami, Ousmane Gaoual Diallo, ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’intégralité de cette lettre :

Lettre ouverte à  monsieur le ministre Ousmane Gaoual Diallo,

Cher ministre, 

J’ai jugé encore nécessaire, après un long silence, de vous écrire ces quelques lignes pour mettre les points sur les î et donner quelques réponses de ce qui nous a opposé. 

Monsieur le ministre 

Beaucoup de nos amis et connaissances communs me transmettent les arguments que vous utilisez contre moi en justification de notre désaccord. 

Ils me parlent souvent d’un master coûtant jusqu’à 80.000.000 que je vous aurais demandé. Je vous rappelle que j’ai commencé mon master en décembre avec à la clé 20.000.000 déjà payé et tout allait bien entre nous. Dans cette histoire de Master vous ne m’avez rien payé. J’ai encore votre dernier message en ma disposition. 

Vous parlez aussi souvent d’un frère que vous disiez avoir refusé d’aider. S’il s’agit de celui qui vous a aidé à récupérer votre terrain de Dubréka, je trouve cet autre argument très léger, car celui-ci ne vous a demandé qu’une simple assistance à être muté dans un service alors même qu’il vous a rendu en premier un service, celui de récupérer votre terrain de Dubréka que vous croyiez irrécupérable. J’ai toutes les preuves de nos échanges sur le sujet et de vos messages de remerciements envers ce frère. 

Monsieur le ministre,

Ce qui nous a opposé sont entre autres :

1)- Votre rejet systématique à défendre les libertés individuelles et l’avènement d’un État de droit dans notre pays dès après votre nomination .

2)- La rupture brutale de vos bons rapports avec plusieurs amis et collègues au lendemain de votre nomination sans aucune justification. Nous avions estimé que votre nomination n’aurait pas d’impacts  négatifs sur nos rapports d’amitiés et de fraternités.

3)- Votre croyance en l’argent. Estimant au passage que notre  réussite doit forcément passer par vous.

4)- Votre volonté à tout prix de sacrifier la lutte de plus de 12 millions de Guinéens  pour une petite promotion ministérielle issue d’un putsch.

Monsieur le ministre,

Chaque fois que je vous envoie des messages privés pour marquer mon amitié sincère et mon soucis de vous faire comprendre que l’essentiel est qu’on puisse être politiquement en désaccord sans que ce désaccord n’affecte nos rapports sur le plan social. Malheureusement, je retrouve toujours les captures d’écrans  de ces mêmes messages  avec des amis ailleurs. Ce qui pour moi est la preuve éloquente de votre manque d’élégance et de votre légèreté. 

Monsieur le ministre,

Comprenez une chose, votre comportement, votre attitude, votre manière de faire ne feront que vous faire souffrir quelques soient les milliards que vous aurez durant cette transition. Car, être heureux, c’est dans la manière et dans le comportement. 

Séparément, ces nombreux cadres de votre département ministériel, commerçants, ouvriers et autres nous aboutissons au même constat sur vous : l’arrogance, le mépris et la cupidité.

Comprenez une chose, vous ne détenez ni la chance ni le destin de  quelqu’un, vous vous faites souffrir seulement et inutilement ; car, nous continuons à vivre et vivrons encore longtemps par la grâce de Dieu sans votre apport.

Partout, au village, entre amis et collègues de travail, vous vous  justifiez et la justification n’est pas toujours bonne pour un  bon leader .

Nous avons ensemble, commencé une lutte, celle de la défense des libertés fondamentales et de l’État de droit et celle de faire de Cellou Dalein Diallo le prochain président de la République de Guinée, dans une élection libre, transparente et inclusive, vous avez décidé de sortir de cette lutte alors assumez le…

Dans le dernier audio qui a fuité et vous impliquant, vous avez exposé vos méthodes et vos objectifs à venir… Le dernier mot reste tout de même dans les mains de Allah. 

En tant que ministre de l’habitat, vous avez défendu ici le déguerpissement illégal et illégitime  de notre leader Cellou Dalein Diallo.

Monsieur le Ministre,

Vous devriez d’abord prendre conscience de votre poids politique. À votre exclusion du parti il y a eu zéro crise interne, aucune démission et toutes les structures et tous les militants et cadres ont applaudi cette décision d’exclusion. 

Nous remarquons aussi votre furie et votre agitation depuis que l’honorable Cellou Balde vous avait proprement malmené dans l’émission célèbre d’Alain Foka. Restez tranquille, monsieur le Ministre. 

Les gens observent et comprennent plus que vos justifications et Dieu  seul a le  dernier mot. Oui ! Dieu jugera et l’histoire en témoignera…

Aliou Konah et Ousmane Gaoual Diallo

Aliou Konah, la force tranquille de l’UFDG

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS