Au moins 18 morts dans des violences en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Au moins 18 personnes ont été tuées sur les hauts-plateaux du centre de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, une région en proie à des violences persistantes entre tribus locales, et où l’état d’urgence a été déclaré jeudi par le Premier ministre James Marape.

Selon le chef de la police locale George Kakas, 13 hommes et 5 femmes ont été tués mardi près de la ville minière de Porgera, dans la province d’Enga. Les victimes ont été apparamment attaquées à l’aide de machettes et de haches, a-t-il précisé.

Cette région recouverte de jungle est souvent le théâtre de violents affrontements entre tribus qui se disputent des terres ou des ressources naturelles, et qui dégénèrent parfois en tueries de masse.

« Nous avons fait venir des renforts de l’armée et de la police non seulement pour Porgera mais aussi pour d’autres endroits », a déclaré le Premier ministre », selon qui ces violences ne sont pas liées aux élections législatives qui se déroulent actuellement dans le pays.

Par l’AFP

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS