Situation « alarmante » en Guinée : les avocats français du FNDC interpellent l’ONU et la CPI

Alors que le FNDC a engagé un bras de fer avec la junte militaire au pouvoir, ses avocats français ont décidé d’interpeller l’ONU et la CPI sur la « situation alarmante des droits humains en Guinée ». Ils ont adressé une correspondance ce mardi, 26 juillet 2022, à la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme et dont copie a été envoyée au procureur de la Cour pénale internationale.

« Nous observons une constante dégradation de l’état des droits fondamentaux en Guinée, dont la liberté d’expression. Le retard mis par la junte militaire à permettre une véritable transition démocratique s’accompagne d’un durcissement autoritaire qui contraste avec les annonces qui avaient été formulées », ont déclaré Me William BOURDON et Vincent BRENGARTH dans ce document.

Les avocats disent redouter également que les « actions désormais dirigées contre la société civile à travers le FNDC aient pour effet de réprimer durement les prochaines manifestations pacifiques et citoyennes du FNDC projetées le 28 juillet 2022 dans le grand Conakry et le 04 août 2022 sur tout le territoire national ». Ils sollicitent donc l’intervention du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme.

Guineematin.com vous propose ci-dessous leur courrier :

Correspondance des avocats français du FNDC

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS