Tirs de gaz lacrymogène, interpellation : ça chauffe à la Tannerie

Alors que le calme régnait sur les lieux depuis le matin, la tension est montée d’un cran peu après 11 heures au rond-point de la Tannerie, à Conakry. Les forces de l’ordre ont tiré des bombes lacrymogènes pour disperser les partisans du FNDC qui voulaient se rassembler à cet endroit pour manifester, a constaté une journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

La décision des autorités d’interdire la marche appelée par le FNDC, ce jeudi 28 juillet 2022, n’a pas suffi pour éviter des troubles à Conakry. Alors que des accrochages opposent manifestants et forces de l’ordre depuis ce matin sur la route le Prince, l’autoroute Fidel Castro aussi commence à être touchée par les mouvements de protestation.

Peu après 11 heures, des jeunes ont commencé à se regrouper aux alentours du rond-point de la Tannerie, qui était le point de départ de la marche voulue par le Front national pour la défense de la constitution (FNDC).

Mais la police, massivement déployée sur les lieux, a aussitôt réagi en tirant des bombes lacrymogènes pour les disperser. Ce qui a provoqué une véritable débandade au cours de laquelle, les agents ont interpellé au moins un manifestant. Les partisans du FNDC se sont retranchés dans les quartiers, tandis que les forces de l’ordre bouclent le rond-point pour éviter tout regroupement dans les parages.

A rappeler que le FNDC a appelé à cette manifestation pour dénoncer le manque de dialogue entre les autorités guinéennes et les Forces vives de la nation autour de la conduite de la transition et exiger le retour rapide à l’ordre constitutionnel.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS