Ismaël Diallo, jugé pour assassinat à Siguiri : « je l’ai poignardé par deux fois au ventre »

Ismaël Diallo, un jeune homme d’une vingtaine d’années, a comparu ce jeudi, 28 juillet 2022, devant le Tribunal criminel de Siguiri. L’accusé a plaidé coupable des faits d’assassinat pour lesquels il est poursuivi. Il risque la réclusion criminelle à perpétuité, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

En détention préventive depuis l’année dernière, Ismaël Diallo est accusé d’avoir mortellement poignardé son ami, Tidiane Kamissoko. Et le jeune homme a reconnu sans ambages les faits devant le tribunal.

Selon lui, les problèmes entre lui et la victime ont commencé lorsque Tidiane a insulté sa mère.

« Un soir, nous étions tous au grin. Mon grand frère de lait est venu garer sa voiture devant la boutique où nous étions assis, il est entré dans la boutique pour acheter un produit. Quand il repartait, sa voiture a soulevé de la poussière. Il y a un ami qui voulait s’attaquer à lui, mais je lui ai dit que c’est mon frère de lait.

 Malgré tout, Tidiane (la victime) a grossièrement insulté la mère de mon frère, c’est-à-dire ma mère, donc j’ai aussitôt réagi. On a commencé à se battre, lui et moi, mais nos amis nous ont séparés. Cela s’est passé aux environs de 19 heures.

Je suis rentré à la maison pour me laver, et à 20 heures, je suis parti au bar café où nous avions l’habitude de nous retrouver chaque soir. Quand je suis arrivé, Tidiane qui était là-bas, m’a dit : il faut être vigilant, car ce n’est pas fini. Donc, vers 23 heures, lorsque le gérant du café voulait fermer, il s’est jeté sur moi.

Mais, il se trouve que lorsque je suis parti me laver, je suis ressorti avec un couteau. Donc, je me suis servi de ce couteau pour le poignarder deux fois au ventre. Et juste après, je me suis rendu à la police. C’est ma tante qui m’a informé après qu’il est mort », a expliqué l’accusé.

Dans ses réquisitions, le ministère public a demandé au tribunal de retenir Ismaël Diallo dans les liens de la culpabilité des faits d’assassinat et de le condamner à la réclusion criminelle à perpétuité (prison à vie).

De son côté, l’avocat de la défense a demandé au tribunal d’accorder des circonstances atténuantes à son client. L’audience a été renvoyée à la semaine  prochaine pour décision être rendue.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS