Ismaël Condé sur l’assainissement : « les citoyens doivent comprendre que c’est pour leur bien-être… »

Instituée par le ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, la journée d’assainissement a été officiellement lancée ce samedi, 6 août 2022. Dans la commune de Matam, c’est le maire qui a procédé au lancement des activités en compagnie de plusieurs membres du gouvernement. Ismaël Condé a fait savoir que tout le matériel nécessaire a été déployé pour le bien des citoyens, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Ismaél Condé, maire de la commune de Matam

En plus des marchés, zones traditionnelles de regroupement de déchets, la commune de Matam compte six points critiques qui doivent être assainis. C’est ce qu’a indiqué le maire Ismaël Condé qui rassure que tout a été mis en œuvre pour le succès de l’opération. « Au-delà des points critiques répertoriés, la commune de Matam compte 24 quartiers, chaque quartier a identifié les points à nettoyer ; et nous avons envoyé les équipements à savoir les brouettes, les pelles, les râteaux… pour que chaque quartier puisse balayer son propre quartier. Nous avons reçu la visite de quelques membres du gouvernement qui sont venus nous appuyer pour que les citoyens voient que même les plus hauts placés sont avec eux pour assainir notre cadre de vie. Au-delà des marchés, qui sont naturellement des points critiques compte tenu du monde qui s’y trouve et l’activité qui s’y passe, nous avons six points critiques qui partent de Boussoura, de Coléah Imprimerie, à Bonfi, sur l’autoroute Fidel Castro et Kiridoungni ».

Par ailleurs, le maire soutient que cette opération n’est pas du tape-à-l’œil. « Il faut que les citoyens comprennent que nous ne sommes pas venus pour des opérations de propagande. Ce que nous faisons, c’est le nettoyage de la devanture des lieux d’habitations. Les camions sont là, les moyens sont là. Donc, il faut que les citoyens profitent de cette journée pour assainir leurs cadres de vie parce qu’en le faisant, on évite les maladies chez nos enfants qui vont traîner dehors, on évite les problèmes environnementaux visant à polluer notre environnement et nos eaux, et ces eaux polluées peuvent engendrer d’autres problèmes. Donc, les citoyens doivent comprendre que ces actions-là, c’est d’abord pour leur bien-être, pour leur santé. C’est pourquoi ils doivent se mobiliser pour que cette journée soit une réussite », a-t-il conseillé.

Mory Condé, ministre de l’administration du territoire et de la Décentralisation

En visite de supervision, le ministre de l’Administration du territoire, Mory Condé est revenu sur la logistique engagée pour obtenir les résultats escomptés. « Contrairement au passé, nous avons jugé nécessaire qu’au niveau de chaque municipalité, qu’ils puissent faire une planification en fonction des zones critiques de leurs communes. En fonction de ces zones critiques, un déploiement massif d’agents et de jeunes qui ont opéré pour rendre ces endroits propres. Un plan de circulation a été élaboré pour permettre aux citoyens qui ont des urgences de passer sur d’autres artères sans être bloqué pendant les heures d’assainissement. Il y a 94 camions qui sont déployés dans l’ensemble des communes. Au niveau de la commune de Matam, vous avez 19 camions et 4 machines. Dans les autres communes, les mêmes dispositifs sont prévus. Les opérations vont continuer jusqu’à midi », a dit Mory Condé.

Ibrahima Sory Bangoura, habitant du quartier Boussoura

Pour Ibrahima Sory Bangoura, habitant du quartier Boussoura, c’est un ouf de soulagement de voir le canal de drainage d’eau qui traverse sa concession débarrasser des ordures. Il en a profité pour inviter les autorités du quartier à redoubler de vigilance pour traquer les citoyens qui jettent les ordures dans les caniveaux. « Ces ordures sont drainées dans le caniveau par les eaux de ruissellement. Dans la nuit aussi, entre 4 heures et 5 heures du matin, il y a les habitants eux-mêmes qui viennent verser les ordures dans le caniveau et personne ne peut les en empêcher. Aujourd’hui, nous ne pouvons que dire Dieu merci parce que désormais, nous sommes épargnés des moustiques et des maladies. Nous sollicitons auprès de nos responsables qu’ils s’ajoutent à nous pour qu’on appréhende ceux qui jettent les ordures ici pour les sanctionner. Parce que sans les sanctions, les gens ne peuvent pas changer. Depuis la saison dernière, ce canal a commencé à être bouché…. Ce matin, si les autorités elles-mêmes se sont mises à la tâche, nous ne pouvons que les remercier », a laissé entendre Ibrahima Sory Bangoura.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS