Pèlerinage des chrétiens guinéens en Israël : « Il n’y a pas de problème majeur », rassure Édouard Sagno

Les pèlerins catholiques guinéens qui désirent se rendre en Israël pour le pèlerinage chrétien sont toujours bloqués à Conakry. Ils devaient s’envoler pour le pèlerinage depuis hier (mercredi), mais ils sont toujours coincés en Guinée. Et, pour cause, la subvention accordée par l’Etat guinéen dans le cadre de ce pèlerinage n’aurait pas encore été débloquée. Mais, dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com ce jeudi, 11 août 2022, le chef de cabinet du secrétariat général des affaires religieuses, Dr Edouard Sagno, a rassuré qu’il n’y a aucun problème majeur pour ce pèlerinage chrétien.

« Le pèlerinage chrétien est géré par deux commissions. Pour nos concitoyens, il est important qu’ils sachent que quand on dit pèlerinage chrétien, il y a le pèlerinage catholique d’un côté et le pèlerinage évangélique de l’autre. Pour le pèlerinage catholique, le départ est prévu le vendredi, 12 août 2022, à 8 heures 30’, par un vol de la compagnie Éthiopian Airlines. Le pèlerinage évangélique aura lieu du 24 septembre au 12 octobre 2022. Donc, cela veut dire que dans l’un ou l’autre cas, nous sommes dans le temps. Et, il n’y a pas de problème majeur » a rassuré le Dr Édouard Sagno.

A en croire le chef de cabinet du secrétariat général des affaires religieuses, le pèlerinage chrétien en Israël nécessite un paiement à l’avance afin d’obtenir les visas, réserver les hôtels et payer les commissions nécessaires pour le guide sur le terrain. Mais, il n’existe aucun problème majeur qui pourrait empêcher les pèlerins guinéens à rallier Israël.

Dr Édouard Sagno, chef de cabinet du secrétariat général des Affaires religieuses

« Pourquoi il n’y pas de problème majeur, parce que le budget prévu par l’État, qui est de 1.269.000.000 de francs guinéens, est déjà disponible. L’avis de crédit a été émis hier 10 août 2022. Et, les autorités qui sont d’ailleurs très sensibles à cette situation ont préféré même que les autres étapes soient sautées pour que les fonds soient disponibles dès aujourd’hui, jeudi. Et d’ailleurs, ce matin, nous avons procédé à la remise de chèque à la commission catholique. D’un moment à l’autre, la commission évangélique va aussi retirer son chèque pour permettre de réaliser sereinement le pèlerinage en terre sainte d’Israël », a indiqué Dr Édouard Sagno.

Parlant du retard de décaissement de la subvention de l’Etat pour ce pèlerinage, le chef de cabinet du secrétariat général des affaires religieuses assure que décaisser une somme de plus d’un milliard de francs guinéens demande beaucoup de procédures administratives.

Dr Édouard Sagno, chef de cabinet du secrétariat général des Affaires religieuses

« À date, selon les courriers que nous avons reçus des deux commissions, le pèlerinage catholique coûte 35 millions de nos francs et le pèlerinage évangélique coûte 36 millions à chaque pèlerin. Mais, les 35 ou 36 millions qui sont payés ne sont pas suffisants, parce qu’il faut à peu près 60 millions de francs guinéens. Maintenant, cette différence là, c’est la subvention que l’État accorde aux deux commissions d’organisation du pèlerin chrétien. C’est cette subvention à payer qui pour le moment, dans la loi de finances initiale, fait 1.269.000. 0000 de francs guinéens. C’est ce montant qui est réparti et qui permet de prendre en compte les frais de part et d’autre. L’autre fait qu’il faut souligner, c’est que par le passé, le montant était autour de 3.450.000.000 de francs. C’est ce montant là qui permet de couvrir la totalité des frais. À l’instar de ce qui est fait pour le pèlerinage musulman, il revient à l’État guinéen de faire face à cela. Mais, ce qu’il y a dans la loi de finances initiale, c’est les 1.269.000.000 de francs. Mais, l’État a la possibilité, à travers une sorte de rallonge de revenir pour pouvoir corriger cet état de fait afin de revenir sur le montant qui était accordé par le passé. Encore une fois, il n’y a pas de problème majeur. Il y a certainement eu un petit retard dans la procédure, mais ce retard peut s’expliquer par le fait qu’il y a plusieurs départements qui sont concernés par un décaissement. Après tout, aujourd’hui le montant de 1.269.000.000 de francs se trouve à la banque centrale. Donc, il n’y a plus de problème. Le seul problème qu’il y a, c’est à cause du léger retard qui a été enregistré dû au payement de quelques frais supplémentaires. Parce que le paiement devait être fait au moins à 15 jours avant leur départ, si cela était possible », a expliqué Dr Édouard Sagno.

À noter que ce sont 100 pèlerins guinéens au niveau du pèlerinage catholique et 50 pour le pèlerinage évangélique qui doivent effectuer le déplacement sur la terre sainte d’Israël cette année 2022.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS