Boké : les autorités sur le pied de guerre contre les pharmacies clandestines et structures non-agréées

Les autorités de Boké sont engagées à mettre en application le communiqué relatif à l’interdiction de la vente des médicaments par les structures non agréées et la fermeture des structures médicales et paramédicales clandestines. C’est dans cette dynamique qu’une rencontre regroupant plusieurs acteurs s’est tenue ce samedi, 17 septembre 2022, au siège du gouvernorat, rapporte un correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Cette réunion, convoquée par le nouveau gouverneur de région, a regroupé le procureur de la République près le tribunal de première instance de Boké, les sous-préfets, les conseillers communaux, les chefs de services, les forces de défense et de sécurité ainsi que les responsables de la santé de Boké. La démarche a consisté à échanger sur les voies et moyens nécessaires à mettre en place pour le respect de cette décision des autorités.

Aboubacar Conté, inspecteur régional de la santé de Boké

Présent à la rencontre, Aboubacar Conté, inspecteur régional de la santé, a rappelé le bienfondé de ce conclave. « Pour l’application effective de ce communiqué, monsieur le gouverneur a convoqué cette réunion d’urgence pour voir quelles sont les voies et les mesures qu’il faut pour appliquer cette décision dans la région de Boké. Sur ce, monsieur le gouverneur a pris des décisions après concertation avec toutes les parties présentes bien sûr. La première consiste à sensibiliser. Et après, dans les jours à venir, nous mettrons en place un comité qui sera chargé de repérer les pharmacies clandestines », a-t-il fait savoir.

Pendant ce temps, la pharmacie centrale de Boké se dit prête à jouer convenablement son rôle qui est celui de fournir des médicaments de qualité avec un coût raisonnable aux structures sanitaires agréées dans la région de Boké. C’est ce qu’a laissé entendre Sidiki Djénaba Kéita, chef de l’agence de la pharmacie centrale de Boké.

Sidiki Djeneba Keita, chef de l’agence de la pharmacie centrale de Boké

« Nous rassurons la population et les structures sanitaires que la pharmacie centrale de Guinée prendra ses responsabilités, à partir d’aujourd’hui, pour ne pas qu’on parle de trop de rupture dans nos structures. Dans ce cas, il faut que la population comprenne qu’il est nécessaire d’avoir confiance en nos structures avant d’aller ailleurs ; et pour l’affaire du prix, je vous promets qu’il sera accessible à tout le monde… ».

Colonel Seny Silver Camara, préfet de Boké

De son côté, le préfet de Boké s’est réjoui de cette initiative d’interdiction prise par la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF). Le Colonel Seny Silver Camara a appelé les citoyens à une prise de conscience. « Cette décision est la bienvenue à Boké. Je dirais seulement à la population de prendre conscience des dangers qu’elle encourait avant l’officialisation de la décision. Il faut que les gens cessent de payer les médicaments au marché ou n’importe où parce que cela a beaucoup de danger ».

Au cours de cette rencontre d’urgence, il a été décidé de procéder à l’information et à la sensibilisation des citoyens et promoteurs des structures médicales illégales afin de veiller au respect de la décision dans la paix et le calme.

Depuis Boké, Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 623 36 04 13

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS