Gaoual-Koundara : le bac de Koumbanyi a chaviré et rupture de la circulation entre Foulamory et Saréboïdho

Depuis le mois d’août dernier, il n’y a plus de circulation entre les sous-préfectures de Foulamory dans la préfecture de Gaoual et celle de Saréboïdho relevant de la préfecture de Koundara, a appris Guineematin.com, auprès d’un transporteur rencontré à Koumbia, le 20 septembre 2022.

Amadou Diouldé Diallo fréquente régulièrement le marché hebdomadaire de Saréboïdho. Depuis Koumbia, il transporte à Saréboïdho des denrées alimentaires et des fruits en traversant la sous-préfecture voisine de Foulamory. Mais depuis le mois d’août 2022, le bac qui assure la liaison entre les communes rurales de Foulamory et Saréboïdho a chaviré.

Amadou Diouldé Diallo, transporteur à Koumbia

« Depuis août, nous ne pouvons plus rien transporter à Saréboïdho par véhicule. Le bac qui relie Foulamory à Saréboïdho a chaviré. C’est un camion de 15 tonnes chargé de noix de cajou qui est monté dessus. Dans les manœuvres, il a reculé avant de tomber dans l’eau. Du coup, il a immobilisé le bac. Celui-ci ne pouvait ni avancer ni reculer. Finalement, il a pris de l’eau avant de descendre en profondeur. Et c’est comme ça que la circulation a été coupée entre ces différentes localités. C’est le 3ème camion qui est actuellement dans les eaux de Koumbanyi en moins de 15 ans », a expliqué ce transporteur.

Après le chavirement, les autorités ont dépêché des grues qui n’ont rien pu faire. Et le calvaire des usagers continue de plus belle manière. Aucun véhicule ne peut traverser par là-bas, alors que dans les temps, les taxis empruntaient ce tronçon Koundara-Saréboïdho-Koumbia pour continuer vers Conakry, sans compter ceux qui fréquentaient les différents marchés hebdomadaires de ces communes voisines.

« Actuellement, pour la traversée, les gens utilisent les pirogues avec tous les risques possibles. Ils font payer une moto à 40 mille francs guinéens contre 20 mille avant ; et une personne débourse 20 mille maintenant alors qu’on ne payait rien avec le bac pour la traversée. C’est vraiment dur pour les populations et nous demandons l’aide des autorités. En attendant de supprimer ce bac par un pont en dur, nous souhaitons avoir un autre bac même s’il est de petite capacité », a plaidé Diouldé Diallo.

Ce bac des années 1975 assurait la traversée du côté de Gaoual centre sur le fleuve Tominé. Ce sont les autorités d’alors qui l’avaient envoyé à Koumbanyi pour soulager les usagers des localités environnantes.

Il faut noter que la sous-préfecture de Foulamory, durement impactée par cette rupture de la circulation du côté de Saréboïdho doit son salut grâce aux transporteurs de Koumbia et les voisins de la Guinée Bissau. Heureusement, et on ne sait pas jusqu’à quand, le bac manuel, du reste très rudimentaire, placé sur le fleuve Koluba, continue d’assurer les échanges entre Foulamory et la République de Guinée Bissau.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS