Vive tension à Kounsitel (Gaoual) : les jeunes exigent le départ du tomboloma

Depuis avant-hier, lundi 17 octobre 2022, la tension est vive à Kounsitel, une sous-préfecture aurifère relevant de la préfecture de Gaoual. Aujourd’hui, les jeunes de cette commune rurale exigent le départ de leur représentant à la tête des tomboloma, a appris un reporter de Guineematin.com de plusieurs sources locales.

De sources concordantes confirment cette tension et expliquent que cette situation est née de l’entêtement des autorités à soutenir Mamadou Mouctar Diallo, président des tombolomas, décrié par les jeunes qui l’avaient choisis, il y a cinq mois. Selon ses détracteurs, Moustar Diallo est en connivence avec les agents déployés pour la surveillance du site et les autorités pour exploiter nuitamment le site aurifère fermé par le gouvernement, suite à l’éboulement meurtrier de mars dernier, qui avait fait plus de 18 morts. Plus grave, ce site qui regorgerait une importante quantité d’or est à quelques pas de la route internationale Labé (Guinée)-Madina Gounass (Sénégal).

Joint au téléphone hier, mardi 18 octobre 2022, par Guineematin.com, Mouctar Diallo a réfuté les accusations et fait porter le chapeau de la contestation aux orpailleurs qui ne seraient pas de Kounsitel.

Mouctar Diallo, président des tomboloma de Kounsitel

« C’est vrai qu’il y a eu des mouvements dans la journée du lundi. Une cinquantaine d’orpailleurs se sont mobilisés pour demander mon départ. Puisque c’est moi qui les empêche d’aller sur le site interdit », a-t-il soutenu.

Plus loin, le président des tomboloma reconnaît que le site de Kassenga qui fait l’objet d’interdiction est exploité.

« Vous savez, il y a le côté droit qui est interdit. Là-bas, c’est un plus en haut, où il y a les machines. D’ailleurs, c’est la base des policiers et gendarmes qui surveillent le site. Il y avait deux poklens et maintenant, c’est un seul qui travaille sur ce site. Du côté gauche, il n’y a aucun problème, ce site est laissé libre pour les orpailleurs », a reconnu M. Diallo, accusé également de travailler pour un petit clan de privilégié dont les tentacules vont au-delà de la mairie de Kounsitel et de la préfecture de Gaoual.

Egalement joint au téléphone par un reporter de Guineematin.com, Boubacar Diallo, natif de Kounsitel, a réitéré les allégations articulées contre Mouctar Diallo et les autorités dans l’exploitation de ce site interdit.

Boubacar Diallo, jeune natif de Kounsitel

« Depuis quelques jours, il y a un mécontentement presque général à Kounsitel. Les populations ont remarqué que le site interdit était nuitamment exploité par des gens avec la complicité du responsable du tomboloma, des agents postés sur le site, les autorités sous-préfectorales, et préfectorales. Les sages ayant constaté cela, ont décidé de changer leur représentant qu’on appelle Damandadi en la personne de Bourama Madina Diallo. Il a été remplacé par Kawou Kaba Diallo. Au niveau des jeunes, nous aussi, vu qu’on ne gagnait rien, même la commune se plaint que les tomboloma ne versent pas grand-chose à leur niveau et le site interdit est exploité impunément, nous avons décidé de changer notre représentant. Le Président des tomboloma. Les jeunes se sont retrouvés, ils ont fait leur choix sur ma modeste personne. Ils ont écrit. Le maire a refusé, sous prétexte que c’est moi qui l’avait mis en prison. Les jeunes ont choisi encore un autre, le maire et le préfet n’ont pas accepté. Finalement, les jeunes ont décidé de faire une marche pacifique en vue d’attirer l’attention du Président de la transition. Et lui montrer que l’esprit du CNRD n’est pas respecté à Kounsitel. C’est ce qui s’est passé ici. Et jusqu’ici, le problème n’est pas réglé. Les jeunes maintiennent leur mot d’ordre tant que Mouctar Diallo ne sera pas changé », a-t-il soutenu.

Au téléphone de Guineematin.com, le préfet de Gaoual, le Colonel Augustin Fancinadouno, a nié  les faits, avant de soutenir que le site fermé est toujours protégé par les agents des forces de l’ordre.

Colonel Augustin Fancinadouno, préfet de Gaoual 

« Nous avons déployé les forces de l’ordre, composées de la gendarmerie, de la police et de l’armée de terre pour surveiller le site nuit et jour », a juré la première autorité de la préfecture de Gaoual.

Bref, on apprend que le préfet a effectué un déplacement à Kounsitel pour essayer de calmer la situation. Le Colonel Augustin Fanciadouno a demandé aux manifestants de garder le calme et a promis de trouver une solution, conformément à la volonté du Président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya. 

Dossier à suivre !

Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 669 68 15 61

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS