Surfacturation à l’hôpital préfectoral de Mandiana : Dr Ibrahima Doumbouya menace de sévir

Le directeur général de l’hôpital préfectoral de Mandiana vient de briser le silence sur les cas de vente clandestine de produits pharmaceutiques et de surfacturation des frais de soin au sein de sa structure sanitaire. Dans un entretien accordé à Guineematin.com vendredi dernier, 18 novembre 2022, Dr Ibrahima Doumbouya a déclaré que ces pratiques ne sont « pas honorifiques » pour son hôpital et il a promis de servir contre les auteurs. Il a même mis un numéro (628878146) à la disposition de la population pour qu’elle dénonce tous ceux qui vont désormais leur proposer des produits à acheter dans les salles d’hospitalisation ou qui leur proposeront des prix supérieurs aux prix affichés sur le tableau des prix de soins de l’hôpital.

Depuis un peu plus d’une semaine, les populations de Mandiana sont en train de dénoncer à vive voix les « mauvaises pratiques » dont elles sont victimes à l’hôpital préfectoral. Elles s’insurgent et s’indignent notamment contre la vente clandestine des produits pharmaceutiques et la surfacturation pratiquées au sein de cet hôpital par des agents de santé (en majorité des stagiaires) avec la complicité de certains médecins titulaires.

La direction de l’hôpital préfectoral de Mandiana s’était jusque-là abstenue de tout commentaire sur ce sujet. Mais, dans la journée d’hier, Dr Ibrahima Doumbouya, le directeur général dudit hôpital, s’est fait entendre. Il a déploré ces pratiques [dont il a visiblement l’air de bien savoir] et il a mis en garde les auteurs.

Dr Ibrahima Doumbouya, Directeur Général de l’hôpital préfectoral de Mandiana

« Ce qui se passe à l’hôpital n’est pas honorifique, mais j’invite la population à nous aider, à nous appeler  sur ce numéro : 628878146 pour dénoncer tout fraudeur. Parce que l’hôpital a un guichet  uniquement où on doit payer tous les frais des soins et consultation. Et, à la pharmacie, tout comme au laboratoire, les prix aussi sont affichés. Donc, on doit respecter ces prix, c’est  pourquoi on les a affichés. Donc, que ce soit clair, les agents ne doivent plus retirer de l’argent dans les salles d’hospitalisation. Tout doit être payé à la caisse où on prend les carnets. Sur le tableau des tarifs hospitaliers : le carnet c’est 2 000 francs, consultation enfant 5 000 francs, consultation adulte 5 000 francs, intervention chirurgicale et hospitalisation 120 000 francs. Mais, il y a des médicaments que les patients doivent payer qui rentre dans la réalisation de son intervention chirurgicale, il y a aussi des gratuits. En ce qui concerne les ventes des produits pharmaceutiques  par les agents, c’est interdit et j’invite tous les patients de partir à la pharmacie de l’hôpital pour acheter les produits. Parce qu’ils peuvent vérifier les prix qui sont affichés », a indiqué Ibrahima Doumbouya.

De Mandiana, Mamady Konoma Keïta pour Guineematin.com

Tél. : 625 81 03 26

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS