Affaire Kaporo-rails contre l’ancien ministre Ibrahima Kourouma : le dossier ouvert au tribunal de Dixinn

Le procès dans l’affaire de Kaporo-rails a débuté ce jeudi, 24 novembre 2022, au tribunal de première instance de Dixinn. Le parquet poursuit l’ancien ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Ibrahima Kourouma, et son ancien secrétaire général, Mohamed Maama Camara, pour « rébellion, destruction d’édifices privés, bris de clôture et enlèvement de bornes, abus d’autorité et de fonction ». Des faits prévus et punis par les articles 403, 404, 405, 406, 407, 408, 530, 531, 640, 774, 585 et 586 du code de procédure pénale. Également sur la base des articles 115, 116, et 121 du code foncier et domanial. Après l’ouverture de l’audience, le tribunal a renvoyé l’affaire au 08 décembre 2022, a appris un journaliste que Guineematin.com a dépêché au TPI de Dixinn.

Le déguerpissement des citoyens qui vivaient à Kaporo-rails a eu lieu en février 2019. Cela a été fait par le ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire d’alors, dirigé par Ibrahima Kourouma contre 1 204 compatriotes qui n’avaient que leurs yeux pour pleurer…

Aujourd’hui, c’est à l’absence des deux prévenus que la première audience dans cette affaire s’est ouverte. L’ancien ministre, Ibrahima Kourouma, a été représenté par son avocat, Me Fidèle Kondiano, contrairement à Mohamed Maama Camara, qui ne s’est même pas fait représenter.

Dès après l’appel du dossier par le tribunal, présidé par le juge, Amadou Sy, le procureur, Alpha Bacar Cissé, a pris la parole pour expliquer que les prévenus ne sont pas dans la salle. Alors, il a sollicité un ultime renvoi pour deux semaines afin de donner la chance aux prévenus de comparaître.

« Les parties ont été citées en personne dans cette procédure. Mais, aujourd’hui, nous n’avons aucune information justifiant leur absence à cette audience. Mais, puisque chacun mérite une seconde chance, nous demandons un ultime renvoi à 2 semaines », a dit le représentant du ministère public, qui estime qu’aucun débat ne peut se tenir en leur absence.

Me Alpha Yaya Dramé, avocat des parties civiles

Un renvoi auquel Me Alpha Yaya Dramé, avocat des parties civiles ne s’est pas opposé. Seulement, il a tenu à faire une observation : monsieur Ibrahima Kourouma est actuellement en détention à la maison centrale pour d’autres faits portés devant une autre juridiction. Je ne m’oppose pas à ce que le tribunal renvoie cette affaire », a-t-il indiqué, avant de donner au tribunal et à l’avocat de la défense des supports numériques d’au minimum quatre mille (4 000) pages concernant l’affaire.

Même si Me Fidèle Kondiano, avocat de monsieur Ibrahima Kourouma, ne s’est pas opposé au renvoi, il a tout de même demandé plus de temps pour lui permettre d’examiner le dossier. « Comme vous le constatez, monsieur Kourouma n’est pas dans la salle, pas de son fait ; mais, du fait qu’il n’est pas libre de ses mouvements. Donc, nous demandons que le renvoi soit pour au moins un mois pour pouvoir examiner les pièces que nous avons reçues pour que toutes les parties soient au même pied d’égalité », a-t-il sollicité.

Après avoir recueilli les avis des différentes parties, le tribunal a renvoyé l’affaire au 08 décembre pour la comparution des prévenus.

Du tribunal de Dixinn, Mamadou Yahya Petel Diallo pour Guineematin.com 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS