Cellou Baldé s’attaque aux partis politiques « cabines téléphoniques » et réclame le retour « paisible » de Cellou et Sidya 

Le responsable des fédérations de l’intérieur de l’UFDG, a pris part à l’assemblée générale hebdomadaire que son parti a organisée ce samedi, 26 novembre 2022, à son siège sociale, à la Minière, commune de Dixinn. Cellou Baldé en a profité pour charger les partis politiques qui prennent part au dialogue politique. Et l’ancien député a invité le président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya, à organiser le retour paisible de Cellou Dalein Diallo et de Sidya Touré, exilés depuis déjà plusieurs mois.

C’est un Cellou Baldé plein d’énergie qui a pris la parole devant les nombreux militants de l’UFDG. Tout d’abord, il a tenu à s’adresser aux militants, en tant que membre du dialogue politique de 2016 et ancien membre du comité de suivi des accords politiques inter guinéen de la même année, avant de regretter la volonté de certains politiciens mal inspirés de falsifier l’histoire et les faits, rapporte un journaliste que Guineematin.com avait dépêché au siège de l’UFDG.

« Dans notre pays, on aime falsifier l’histoire et les faits, parce que dans notre pays, on aime amuser la galerie, parce que dans notre pays, on aime la fuite en avant. Et parce que maintenant là, dans notre pays, le débat, c’est le dialogue, le dialogue, le dialogue. Le dialogue, pourquoi faire ? Nous allons en parler un tout petit peu. Mais, je sais que vous êtes préoccupés, je sais que les militants sont victimes d’intoxication, de manipulation, de mensonge. Parce qu’aujourd’hui, dans notre pays, il y a des acteurs et des partis politiques qui, au lieu de mobiliser leurs militants, au lieu d’organiser des assemblées générales, au lieu d’organiser des réunions, au lieu d’animer ce qu’ils ont appelé leurs partis politiques et que nous nous appelons partis cabines téléphoniques, ils préfèrent s’ériger en mouvements de soutien du CNRD qui n’en a pas besoin. Parce que le CNRD a dit et réitéré qu’il n’est candidat à aucune élection. Et, donc, il n’a pas besoin de mouvements de soutien, il n’a pas besoin d’activité de soutien. Mais, en dépit de tout ça, des acteurs politiques en manque de repères, qui sont habitués au partage de per diem, de pause café et de pause déjeuner, ne nous laissent pas tranquille. Ils ne font que bourdonner dans nos oreilles, ils ne parlent pas d’eux-mêmes parce qu’ils n’ont ni siège, ni projet de société, encore moins de militants. Tenez vous bien, même leurs épouses viennent à l’assemblée générale de l’UFDG. Même leurs enfants viennent à l’assemblée générale de l’UFDG ; mais, ils font semblant tous les jours, heureusement que les médias existent. Parce que si la pléthore de partis politiques cabines téléphoniques fait semblant d’exister, c’est dans les médias (…). Ils sont en train de dire que notre parti va se faire exclure, que l’ANAD a eu tort, que les coalitions qui n’ont pas été à la mamaya ont eu tort. Rassurez-vous que comme en 2019, quand nous avons refusé de cautionner le coup d’État constitutionnel, accompagné des élections législatives ensanglantées, nous avons eu raison de ne pas répondre à cette mamaya-là. Soyez rassurés que nous avons eu raison de ne pas nous associer à ça parce que nous savons c’est quoi le dialogue politique », a-t-il lancé.

Cependant, le responsable des fédérations de l’intérieur de l’UFDG estime qu’il n’est pas encore tard pour le président de la transition de rectifier le tir parce que selon lui sa coalition politique est un partenaire du CNRD.

« Ce que j’ai envie de dire au président, le colonel Mamadi Doumbouya, rien n’est encore tard. Ils doivent comprendre que l’ANAD et l’UFDG en tant que tombeurs du troisième mandat illégal et illégitime, nous sommes des partenaires naturels du CNRD. Il ne faut pas que des politiciens de circonstance, qui pensent qu’à l’image de 2010, les élections pourront être transférées à quelqu’un par le CNRD, ce n’est pas possible », a-t-il averti.

Pour décrisper la crise politique en Guinée, l’ancien élu uninominal de l’UFDG à Labé demande au président de la transition d’organiser le retour des présidents de l’UFDG et de l’UFR, mais aussi de libérer les prisonniers politiques et d’opinions.

« J’invite humblement le colonel Mamadi Doumbouya à prendre son téléphone, d’appeler le président Cellou Dalein Diallo, d’appeler Sidya Touré, d’organiser leur retour paisible en République de Guinée dans la sérénité et dans la paix, de faire en sorte que le peuple de Guinée se retrouve et discute de comment conduire la transition. J’invite carrément le colonel à libérer les prisonniers politiques et d’opinions, à faire en sorte que Cellou Dalein et Sidya Touré reviennent en Guinée. Ceux qui sont en train de lui dire que des élections auront lieu en République de Guinée en excluant les principaux partis auxquels les Guinéens ont fait confiance jusqu’à maintenant, ils n’aiment ni le colonel, ni le CNRD, ni la République de Guinée », a indiqué Cellou Baldé.

Mamadou Yahya Petel Diallo pour Guineematin.com 

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS