Dialogue politique : ce que le PADES demande à l’ANAD, FNDC Politique et RPG/AEC

Le Parti des démocrates pour l’espoir (PADES) réaffirme son engagement à prendre part aux travaux du dialogue politique inclusif inter-guinéen. La formation dirigée par Dr Ousmane Kaba exhorte les hésitants à se joindre à la dynamique pour ne pas le regretter à l’avenir. Une position défendue par Mohamed Diakité, coordinateur du PADES de la zone spéciale de Conakry, à l’occasion de l’assemblée générale du parti tenue hier, samedi 26 novembre 2022, à Conakry, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cette rencontre politique a été mise à profit par les responsables du PADES pour expliquer les vertus du dialogue avant d’inviter les coalitions réticentes à rejoindre le mouvement. C’est Mohamed Diakité, coordinateur du PADES de la zone spéciale de Conakry, qui a interpellé les structures politiques qui brillent par leur absence à ce cadre de dialogue.

Mohamed Diakité, coordinateur du PADES de la zone spéciale de Conakry

« Toutes les coalitions n’ont pas répondu présent à l’ouverture de la session inaugurale de ce dialogue inclusif. Nous avons encore des frères qui sont derrière, nous avons des amis qui sont derrière, nous avons des parents qui sont derrière, qui n’ont pas confiance. Ils ont le droit de douter. Mais en regardant la Guinée, en regardant l’effort fourni par les trois dames facilitatrices, le conseil que le PADES leur donne, c’est d’accepter de se plier, d’accepter d’aller au tour de la table, discuter du devenir de la Guinée. Lorsque nos propositions ne sont pas prises en compte et que nous les soutenons, en ce moment, je crois que toutes les forces vives du pays doivent faire front commun pour dire au CNRD ce n’est pas ce que vous avez dit. Mais jusqu’à preuve du contraire, aujourd’hui, à l’allure où vont les choses, le chronogramme de la transition a été donné. La charte est donnée. Les 10 points sur lesquels nous devons nous focaliser pour aboutir à une transition réussie sont écrits. Et que c’est nous, les partis politiques, les forces vives, qui devrons discuter de cela ».

Devant cette situation, ce responsable du PADS prévient les absents sur les risques qu’ils encourent en refusant de venir autour de la table. « Pour une question de morale, il faut venir au tour de cette table pour discuter. Si on ne le fait pas, demain, nous n’aurons pas raison. Pour éviter de ne pas avoir raison demain, il faut aller au dialogue inter-guinéen. C’est ce qui va nous emmener à une transition réussie », conseille monsieur Diakité.

Malgré tout, le PADES réaffirme son engagement à se battre pour la réussite du dialogue, passage obligé si l’on souhaite le bonheur de la Guinée. « Dans la vie, même l’homme et son fils ne peuvent pas s’entendre sur tous les points. Avec sa femme, avec ses collaborateurs, on ne peut pas s’entendre sur tout. Mais, il faut aller sur des débats sincères, crédibles, participatifs pour que les choses avancent. Et je crois que nous nous sommes lancés dans ce sens, jusqu’à preuve du contraire.  Je vous le dis, sans langue de bois, que le PADES est résolument inscrit avec les raisons possibles sur la vérité, la sincérité pour que ce dialogue réussisse. Et il va réussir. Nous avons purement et simplement dit depuis le départ, pour que cette transition réussisse, pour que ce dialogue soit inclusif, il faut vraiment l’inclusivité. C’est à dire, il faut la participation de toutes les forces politiques du pays. Il faut qu’il y ait la sincérité, il faut taire les divergences, ne pas regarder son côté personnel, mais plutôt regarder la Guinée en face », conseille Mohamed Diakité.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel :620 589 527/664 413 227

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS