Funérailles de Sadio Baïlo Diallo : en colère, sa famille et une ONG réclament justice !

Âgée d’une vingtaine d’années, Sadio Baïlo Diallo est décédée le 26 novembre dernier à l’hôpital Ignace Deen suite à un avortement. Elle a été enterrée hier, jeudi 1er décembre 2022, au cimetière de la Tannerie (dans la commune de Matoto) après la prière de 14 heures. Son inhumation a connu une forte mobilisation ; et, au nombre des présents à cette cérémonie, il y avait des activistes de défense des droits des femmes. Ces derniers réclament « Justice » pour cette jeune fille qui aurait été forcée par son copain, un gendarme, d’interrompre sa grosse.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com sur place, la secrétaire générale du Club des Jeunes Filles Battantes de Guinée, a déploré la « mort tragique de Sadio Baïlo Diallo » et elle a dénoncé le « cynisme de la stagiaire » qui a procédé à l’avortement de cette fille à cause de 150 000 francs guinéens.

Fatoumata Binta Diallo, secrétaire générale du club des jeunes filles battantes de Guinée

« C’est vraiment dommage qu’on assiste à un cas aussi récent. Le dossier de M’Mah Sylla n’est pas encore clos, ces genres de choses se répètent sur toutes les actualités… D’après les explications de la famille, le gendarme (petit ami de Sadio) est parti voir une femme stagiaire pour faire l’avortement à Yimbaya sans aucun équipement. Donc, ça n’a pas été une réussite. Ils sont partis au CMC de Matam, ils n’ont pas été reçus. Ils sont partis à Ignace Deen où elle a rendu l’âme. Ce qui est marrant, c’est l’ami du gendarme qui prend le téléphone et se fait passer pour un médecin pour dire : venez votre fille est décédée. Sa tante instruite, compose le numéro sur WhatsApp, ça sort que c’est un gendarme. C’est là qu’ils ont porté plainte. Les trois sont au PM3 de Kaloum. Ça fait mal de voir une jeune fille mourir à la fleur de l’âge. Nous sommes derrière le dossier jusqu’à ce que justice soit rendue pour la jeune fille », a martelé Fatoumata Binta Diallo.

Abondant dans le même sens, la mère de cette jeune couturière (la victime) a dit qu’elle ne pardonnera jamais à ce gendarme qui a emmené sa fille à la mort.

« Sadio Baïlo est ma fille. Elle était tout pour moi. Tout ce que je lui demandais, elle le faisait pour moi. Elle a un très bon comportement. Avant, elle était mariée à Gaoual, c’est Yamoussa Bangoura (original) qui a gâté ce mariage-là. Il avait envoyé le transport à ma fille, j’avais même porté plainte contre lui pour qu’il laisse ma fille. C’est la deuxième fois. Je ne pardonnerai jamais Original », a-t-elle dit tout en réclamant justice.

Selon les informations recueillies par Guineematin.com dans la famille mortuaire, Sadio Baïlo Diallo sortait depuis des années avec le gendarme Yamoussa Bangoura. Elle devrait se marier au mois de janvier 2023 avec un autre homme. Mais, un jour, son prétendant lui a demandé de faire un test. Et, ce test a confirmé que Sadio Baïlo Diallo est enceinte. De retour à la maison, sa maman n’a pas apprécié cette nouvelle. Du coup, elle a fui ses parents le mardi et son numéro de téléphone ne passait pas. Et, c’est deux jours plus tard que sa famille a reçu l’appel de l’ami de Younoussa Bangoura (qui se fait passer pour un médecin) leur demandant de venir chercher Sadio Baïlo Diallo. C’est ainsi que la jeune sœur de cette dernière s’est rendue à l’hôpital Ignace Deen pour voir le corps.

Adama Hawa Diallo, maman de la défunte Sadio Baïlo Diallo

Kaïn Naboun TRAORÉ pour Guineematin.com

Tél : +224 621144891

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS