Viol sur mineure : libérez-le ! Le père de la fille m’a dit que cette affaire ne l’intéresse plus…

Le jeune Ibrahima Diallo, jugé au tribunal de Dixinn pour des faits de viol sur mineure, détenu depuis 3 ans et demi, pourrait s’en tirer à bon compte. Lors des plaidoiries et des réquisitions tenues ce lundi, 5 décembre 2022, le procureur de la République a demandé son acquittement faute de preuves, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Ibrahima Diallo, âgé de 23 ans, en détention préventive depuis le 1er juillet 2019, est accusé de viol sur la personne de F.Y.D, mineure âgée de 13 ans au moment des faits. Dans cette affaire, la partie civile ne s’est jamais présentée pour faire sa déposition à la barre, malgré les multiples diligences faites par le ministère public, apprend-on.

Après avoir entendu Ibrahima Diallo à l’audience précédente, l’affaire avait été renvoyée à ce lundi pour entendre la déposition de la partie civile. Mais, dès l’ouverture de l’audience, le tribunal a constaté l’absence de la partie civile (dont la mineure est représentée par son père). « J’ai fait des diligences. J’ai appelé le père de la mineure. Mais, il m’a dit que cette affaire ne l’intéresse plus. C’est ce qu’il m’a dit », a fait observer le Substitut du procureur, Alpha Bacar Cissé au juge audiencier, Amadou Sy.

Dans ses réquisitions, le représentant du Ministère public a tout d’abord rappelé les déclarations faites par l’accusé avant de demander au tribunal de le renvoyer des fins de la poursuite pour délit non constitué à son égard.

« Dans cette affaire, l’accusé Ibrahima Diallo habite avec la famille de la victime F.Y.D. L’accusé nous a dit ici, c’est un jour qu’il a appelé la petite dans sa chambre pour que cette dernière l’aide à mettre le massage sur son corps. La petite est venue l’aider et à sa sortie de la chambre, les larmes coulaient de ses yeux. C’était pour lui l’effet du massage qui a fait sortir les larmes. Et avant qu’il fasse appel à cette mineure, il nous a dit qu’il avait déjà appelé sa propre sœur pour lui venir en aide. Mais, les parents sont venus, ils ont dit qu’elle a été violée… Donc, le ministère public requiert de le renvoyer des fins de la poursuite pour délit non constitué à son égard », a requis le procureur, Alpha Bacar Cissé.

Dans la même lancée, la défense fera remarquer qu’aucun élément de preuve n’a pu être apporté pour asseoir la culpabilité de son client. « Il n’y a aucun élément qui peut motiver la culpabilité de Ibrahima Diallo. Aucun élément n’a été apporté pour asseoir la culpabilité de mon client.  C’est suite aux effets du massage Confo que les parents ont estimé que la petite a été sexuellement touchée.  C’est pourquoi, je vous demande de le renvoyer des fins des poursuites pour délit non constitué à son égard », a plaidé la défense.

Le tribunal a finalement mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 19 décembre 2022.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/664 413 227

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS