« Injonctions » de la CEDEAO au CNRD : Pépé Francis Haba s’en félicite et lance un appel à la junte

Par rapport aux 24 mois de durée de la transition en Guinée, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dit qu’elle commence immédiatement. Une manière d’inciter la junte militaire et le gouvernement à s’atteler à la mise en œuvre du chronogramme établi pour un retour à l’ordre constitutionnel. Pépé Francis Haba, président de l’UGDD, membre de l’ANAD, salue cette position de la CEDEAO et invite les militaires au pouvoir en Guinée à faire preuve de responsabilité. Il l’a dit dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com ce mercredi, 7 décembre, 2022.

La 62ème session ordinaire de la conférence des chefs d’États et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est tenue à Abuja, au Niger, le 4 décembre 2022. Dans le communiqué final, l’on insiste que les 24 mois de la transition en Guinée commencent immédiatement et non à une date ultérieure.

Le président de l’Union guinéenne pour la démocratie et le développement (UGDD) se félicite de l’implication de la CEDEAO. Pour Pépé Francis Haba, l’instance sous-régionale a compris la position du CNRD au point qu’elle a décidé de s’impliquer dans le processus. « Je pense qu’il faut d’abord se féliciter du fait que la CEDEAO se soit impliquée véritablement pour la résolution de la crise guinéenne. Et puis aussi, se féliciter du fait que notre pays n’ait pas pris de nouvelles sanctions qui allaient malheureusement agir sur les pauvres populations au moment où le CNRD serait en train de vaquer à ses occupations et d’utiliser le budget de l’Etat comme bon lui semble. Cela dit que la CEDEAO a compris la supercherie qui est en train d’être organisée par le CNRD. Ils ont donc compris qu’ils sont en train de vouloir gagner du temps. C’est pourquoi ils ont validé les 24 mois, mais qui entrent en vigueur immédiatement. C’est-à-dire à la signature de l’accord, c’est-à-dire en début octobre de cette année. Cela veut dire qu’avant le 31 octobre 2024 un pouvoir civil devra être élu et notre pays devra retourner à l’ordre constitutionnel. Les défis qui nous appartiennent, nous acteurs politiques, c’est de tout faire pour nous impliquer dans ce processus de transition pour que ce chronogramme-là ne soit pas faussé. Pour que, étape par étape, que la mise en œuvre soit correcte et que nous puissions aller sereinement vers des élections libres, crédibles et transparentes », a-t-il déclaré.

Au cours du sommet des chefs d’Etats et de gouvernement de la CEDEAO, il est demandé instamment aux autorités guinéennes de tenir un dialogue national incluant l’ensemble des acteurs politiques, sans exception, et de garantir la sécurité et la liberté de tous les participants. Cette demande de la CEDEAO intervient au moment où se tient à Conakry un dialogue inter-guinéen.

Pour le leader du l’UGDD, membre de l’ANAD, ce qui est organisé par le CNRD actuellement est un jeu de dupe. Pépé Francis Haba invite le CNRD à prendre ses responsabilités pour mettre tous acteurs au tour de la table pour un véritable dialogue. « Il faut s’en féliciter et lancer un appel au CNRD pour qu’il comprenne que dans la crise-là, il faut qu’ils regardent leur part de responsabilité, mettre en place un véritable cadre de dialogue pour que tous les acteurs majeurs puissent se retrouver sereinement, discuter des questions de sortie de crise, des questions de retour à l’ordre constitutionnel. Et surtout cesser le harcèlement judiciaire sur ces acteurs-là. Certains sont sous contrôle judiciaire, d’autres sont en exil. Il faut que tout ça soit examiné pour que, sereinement, entre frères, nous puissions discuter. Mais tant que ces éléments ne sont pas vus en face, ne sont pas regardés en face, il va être difficile que nous puissions discuter. Les acteurs qui sont avec eux aujourd’hui, ce ne sont pas ces acteurs-là qui permettront à la Guinée de sortir de la crise dans laquelle notre pays est plongé », martèle-t-il.

Ansou Baïlo Baldé pour Guineematin.com

Tel : 622 56 11 82

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS