Kola (Fria) : voici une école primaire où les études s’arrêtent en 2ème année

Kola, un district situé à 62 kilomètres de la ville de Fria, dans la sous-préfecture de Banguigny, a une école primaire toute particulière. Dans cet établissement scolaire, le cycle se limite en 2ème année. Une situation qui s’explique par le manque d’enseignant auquel est confrontée cette localité, a appris un journaliste de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Cela fait 20 ans que le district de Kola a une école primaire, mais il n’a toujours pas eu de candidats à l’examen d’entrée en 7ème année. Selon les témoignages recueillis sur place, une seule promotion de cette école a réussi à arriver en 5ème année. Toutes les autres ont arrêté les études après seulement deux ans passés à l’école.

Alsény Dionkébou Diallo, président du District de Kola à Fria

« Cette école a été construite en 2003. Mais jusqu’à présent, elle n’est pratiquement pas fonctionnelle, parce que depuis cette date, on n’a pas eu des élèves qui ont atteint la 6ème année », regrette Alsény Dionkébou Diallo, le président du district de Kola, avant d’expliquer les raisons de cette déplorable situation.

« On a un problème lié au manque d’enseignants. Chaque fois, c’est un seul enseignant qui est déployé ici. Et avec ça aussi, les gens ne passent pas plus de deux ans chez nous. Celui qui vient enseigner pendant deux ans, il est muté ailleurs. Après son départ, on peut passer une année ou deux ans avant d’avoir un autre enseignant.

Et quand celui-ci arrive, il dit que les enfants qui avaient déjà commencé les cours n’ont pas le niveau pour poursuivre là où ils avaient arrêté. Donc certains reprennent à zéro et d’autres abandonnent carrément l’école, parce que ça trouve qu’ils ont avancé en âge. Nous sommes dans cette situation depuis la construction de cette école ».

L’école en question est composée d’un bâtiment de trois salles de classe, dont une seule est fonctionnelle cette année. La seule enseignante qui est en service dans ce village regroupe deux groupes pédagogiques dans cette salle pour leur dispenser les cours.

« Ça, ce n’est pas nouveau. On n’a jamais eu deux enseignants dans notre école, c’est toujours un seul. Donc, quand on a une classe de 1ère année et une classe de 2ème année, le maître ou la maîtresse les regroupe dans une même salle pour dispenser les cours. Ça a toujours été comme ça », indique Alsény Dionkébou Diallo.

Lors du passage de notre équipe de reportage dans ce village, le 11 janvier 2023, le président du district de Kola était encore inquiet. Car depuis que l’enseignante est partie pour le congé de fin d’année, elle n’est pas encore rentrée. Le responsable local craint que celle-ci aussi ne revienne plus jamais, comme d’autres l’ont fait auparavant.

Mais pourquoi les enseignants qui se succèdent dans ce district ne restent-ils pas longtemps sur les lieux ? Notre interlocuteur estime que cela est dû sûrement à l’enclavement de la localité : route impraticable, pas de réseau téléphonique, pas d’eau potable… Il explique qu’ils sont obligés de parcourir une longue distance pour aller s’approvisionner en eau au niveau d’une source située en pleine brousse. Une source qu’il partage avec les animaux domestiques et sauvages.

« Ce sont des problèmes que nous ne pouvons pas résoudre. Sinon, les enseignants qui viennent ici, on les loge, on leur donne de la nourriture, nous faisons tout ce que nous pouvons pour eux. Il n’y a pas un seul parmi eux qui peut se plaindre devant nous de n’avoir pas eu de la nourriture ou un bon logement ici. Mais c’est tout ce que nous pouvons.

Nous voulons que nos enfants étudient, mais on n’a pas encore cette possibilité. On a un bâtiment qui est là, mais il n’y a pas d’enseignants. Cela nous préoccupe vraiment. Nous demandons au gouvernement et à tous ceux qui peuvent faire quelque chose pour que nos enfants puissent étudier de nous aider dans ce sens », a lancé ce responsable local.

A noter que cette école est aussi en train de tomber en ruine. Aujourd’hui, avec son mur délabré et ses plafonds défoncés, le bâtiment ne répond plus aux normes d’un établissement scolaire. Quant à la direction, fermée depuis de nombreuses années, elle n’est plus utilisable.

 

Ansou Baïlo Baldé pour Guineematin.com 

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS