Affaire Rémy Lamah à la CRIEF : les débats renvoyés au lundi 30 janvier 2023 (les raisons)

Le médecin Général d’armée Remy Lamah, ancien ministre de la Santé sous le règne d’Alpha Condé, continue de comparaître à la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF). Il est poursuivi avec la société SOGUIMAP SARL, représentée par la gérante Rash Kolié, pour des faits de corruption dans la passation, l’exécution et le contrôle des marchés publics. Ce lundi, 23 janvier 2023, les débats devaient se poursuivre avec la partie civile. Mais les débats ont plutôt porté sur la question d’un renvoi du dossier, sollicitée par les conseils de la partie civile, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour aider la Cour à mieux s’imprégner de cette affaire, il avait été demandé, lors de l’audience précédente, à ce que la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG) et la Direction du contrôle des marchés publics, communiquent des pièces relatives à ce procès. Ainsi, des correspondances avaient donc été envoyées à ces deux différents services de l’Etat guinéen qui n’ont pas manqué de satisfaire à la demande.

A l’audience donc de ce lundi, la Cour a présenté aux différentes parties au procès les pièces communiquées par la BCRG et la DCMP (Direction de contrôle des marchés publics). Aussitôt que le juge Kova Zoumanigui a ouvert le dossier, les avocats de la partie civile ont pris la parole pour solliciter un renvoi. Une manière de leur permettre de mieux, selon eux, connaître le contenu des pièces communiquées et pouvoir défendre les intérêts de leurs clients.

Interrogés sur cette demande de renvoi, les autres parties, que sont les avocats de la défense et le Ministère public, diront n’y avoir aucune objection.

Finalement, la Cour a renvoyé le dossier au 30 janvier 2023 pour la suite des débats.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS