Procès du 28 septembre : Me Pépé Koulémou, avocat de Dadis, expulsé de la salle

Depuis le début du procès du massacre du 28 septembre, le président du tribunal avait menacé plusieurs fois d’expulser les avocats qui tentent de perturber l’audience, mais c’est la première fois qu’il passe à l’action. Ce mardi 24 janvier, Ibrahima Sory 2 Tounkara a renvoyé Me Pépé Koulémou, l’un des avocats du capitaine Moussa Dadis Camara. Une décision qui fait suite au refus de l’avocat d’obtempérer face à une demande du juge, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

En ce 40ème jour du procès du massacre du 28 septembre 2009, maître Pépé Koulémou a pris la parole pour poser des questions à décharge à son client. Et dans cet échange, il a demandé au capitaine Moussa Dadis Camara s’il reconnaît avoir reçu des propos injurieux venant de maître Paul Yomba Kourouma, l’un des avocats du commandant Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba. Une déclaration qui ne passe pas chez le président du tribunal.

Ibrahima Sory 2 Tounkara, juge

Faisant la police de l’audience, Ibrahima Sory 2 Tounkara a aussitôt réagi, en demandant à l’avocat de retirer ses mots. Il rappelle que « le tribunal n’a jamais laissé passer des propos injurieux venant de quiconque ». Mais Me Pépé Koulémou n’est pas d’accord avec le juge, et refuse de se soumettre à sa demande. « Je refuse de retirer mes mots. Mon client, le capitaine Moussa Dadis Camara, a été insulté publiquement par Me Paul Yomba. Et je refuse de retirer mes mots », a-t-il répondu avec vigueur.

C’est ainsi que le président du tribunal menace de l’expulser de la salle s’il ne revient pas à la raison. Mais l’avocat reste catégorique : il ne va pas retirer ses propos, et les réitère d’ailleurs. « Alors, Maître, je vous demande de quitter la salle. Vous n’avez plus droit à la parole, ou je serai obligé d’appeler les forces de sécurité pour vous sortir de la salle », martèle Ibrahima Sory 2 Tounkara.

Me Pépé Koulémou, avocat

Me Pépé Koulémou préfère alors quitter la salle d’audience que de revenir sur ses déclarations. Il sort tranquillement, tout en exprimant une grande colère et prévenant que son client ne va plus répondre aux questions qui lui seront posées. « OK. Je sors. Vous allez voir si Dadis va dire un mot à votre tribunal. Il va garder le silence », a-t-il assuré.

Après cet incident, le représentant du Conseil de l’ordre des avocats de Guinée, Me Jean Moussa Sovogui, a demandé au tribunal de suspendre l’audience pour permettre au barreau de s’entretenir avec les avocats. Demande qui a aussitôt été acceptée par le juge Ibrahima Sory Tounkara. Actuellement, l’audience est suspendue, et les avocats sont en réunion au siège du barreau de Guinée, situé dans l’enceinte de la Cour d’appel de Conakry.

À suivre !

Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS