Bogola Haba : Cellou et Sidya devraient demander au CNRD de juger Alpha Condé

« Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré ne devraient donner aucun crédit à M. Alpha Condé après avoir perdu de nombreux militants sous le règne de ce dernier. A moins qu’ils montrent au peuple de Guinée que la vie du Guinéen est moins importante pour eux que la conquête du pouvoir. Sincèrement, à leur place, je me battrai pour que justice soit faite pour ces nombreuses victimes. Et demander au CNRD qui a eu le courage et l’audace d’organiser le procès du 28 septembre de juger Alpha Condé pour ses crimes commis… »

Comme annoncé dans une de nos précédentes dépêches, la CEDEAO a annoncé des sanctions contre la junte guinéenne du CNRD, qui s’est emparée du pouvoir le 5 septembre 2021, suite à son coup d’État contre le président Alpha Condé.  Signé de son Président en exercice, le Général Umaru Cissoko Embalo, par ailleurs Président de la Guinée Bissau, le communiqué de l’institution ouest-africaine, daté du 18 février 2023 et rendu public dans la soirée du vendredi dernier, 03 mars, a commencé par rappeler le maintien des sanctions prises depuis le coup d’État, avant d’annoncer l’interdiction de voyage du chef de la junte militaire guinéenne et des membres de son gouvernement.

En République de Guinée, ces décisions sont différemment interprétées par les acteurs politiques et sociaux. Joint au téléphone hier, samedi, par un journaliste de Guineematin.com, Kéamou Bogola Haba est plutôt surpris par ce communiqué ! « On s’attendait à un encouragement de la part de la CEDEAO », a dit le Coordinateur du Front national pour la défense de la transition (FNDT).

Pour cet ancien prisonnier politique, la CEDEAO, au lieu de sanctionner la junte du CNRD, devrait plutôt l’encourager et l’accompagner dans la mise en œuvre des recommandations issues du chronogramme de la transition.

« Sincèrement, j’attendais que la Guinée soit remerciée, félicitée, encouragée et accompagnée pour la collaboration qu’elle a montrée depuis l’arrivée au pouvoir du CNRD. Mais, c’est une déception. Sinon, l’actualité, c’est comment lutter contre l’enrichissement illicite, le blanchiment des capitaux, la lutte contre le terrorisme. Ce, en vue de renforcer la sécurité fortement menacée dans la sous-région. Et tous les guinéens qui se souviennent encore de la gestion de Monsieur Alpha Condé se félicitent du travail herculéen du CNRD. Que ce soit à Conakry ou à l’intérieur du pays, allez voir l’état de nos routes. Tout a changé et les travaux avancent partout. Maintenant, si la CEDEAO ne voit pas cela et parle d’une gestion concertée du pouvoir, je pense qu’ils veulent faire appellent à un gouvernement d’union nationale. Et ça, ce n’est pas une bonne chose pour le pays à l’état actuel. Les représentants des partis politiques dans un gouvernement d’union nationale ne feront que défendre la position de leurs leaders au lieu de travailler pour le pays. Nous n’avons besoin d’un Premier ministre en opposition avec le Président de transition. Les représentants des partis politiques ne voudront pas par exemple que des leaders poursuivis par la justice soient sanctionnés. Alors que nous voulons tous d’un Etat vertueux et démocratique. Moi, je demande à la CEDEAO de laisser ces jeunes militaires travailler et s’investir à les aider pour le respect du délai des 24 mois. Le reste n’est que diversion. Et nous avons peur que ces décisions radicalisent les autorités guinéennes », a fait savoir ce proche du CNRD.

Par rapport à l’appel du Président déchu, Alpha Condé, à ses militants de manifester pour son retour aux affaires, le Coordinateur du FNDT, exhorte les autorités à ramener celui-ci en Guinée et le remettre à la justice.

« Cette question a trois volets. Vu que c’est Monsieur Alpha Condé qui est à l’origine de ce coup d’Etat, nous voulons qu’il soit remis à la justice pour répondre, avec ses hommes, des crimes qu’ils ont commis. La place légitime de Monsieur Alpha Condé, c’est devant la justice et pas ailleurs. Il doit répondre aux questions liées aux crimes de sang et économiques sous son régime. Ces des aspects qui devraient être sanctionnés depuis le 5 septembre. Après tout, les Guinéens se souviennent des centaines de morts et de pillages économiques commis sous le régime de Monsieur Alpha Condé. Cela ne devrait pas rester impuni. Le deuxième aspect, c’est que son organisation politique qui a participé à la violation de la Constitution, à l’origine de nombreux cas de morts dans le pays, devrait réellement être sanctionnée, au moins pour un certain nombre d’années. Le 3ème aspect, c’est que Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré ne devraient donner aucun crédit à M. Alpha Condé après avoir perdu de nombreux militants sous le règne de ce dernier. A moins qu’ils montrent au peuple de Guinée que la vie du Guinéen est moins importante pour eux que la conquête du pouvoir. Sincèrement, à leur place, je me battrai pour que justice soit faite pour ces nombreuses victimes. Et demander au CNRD qui a eu le courage et l’audace d’organiser le procès du 28 septembre de juger Alpha Condé pour ses crimes commis, au lieu de s’allier avec ce dernier pour déstabiliser le pays », a-t-il fait savoir.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS