Kidnapping à Conakry : comment Oumou Salamata, enceinte de 8 mois, a été retrouvée ?

Oumou Salamata Diallo, victime, kidnapping

Oumou Salamata Diallo, mariée et en grossesse avancée, a été retrouvée le jeudi, 20 juin 2024, à Kouria, dans la préfecture de Coyah. La jeune dame, âgée de 21 ans avait disparu des radars, alors qu’elle se rendait à l’hôpital Saint Gabriel de Matoto pour ses soins médicaux, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Qui a enlevé Oumou Salamata Diallo ? Bien que de retour en famille après de longues heures d’angoisse, la question reste posée. Des démarches ont été menées par des bonnes volontés, ayant abouti au retour de la jeune femme dans sa famille.

Alors qu’elle se rendait à l’hôpital, dame Oumou Salamata a été kidnappée par des inconnus. Dans le véhicule de ses ravisseurs, elle aurait réussi à alerter son époux à travers un message qui disait ceci : « Aide-moi ! Je suis à bord d’un véhicule de bandits qui m’ont kidnappée. Aide-moi ; sinon, ils vont me tuer », a-t-elle écrit à son époux.

Badrou Cissoko, présidente de l’ONG Actions des femmes et filles de Guinée (AFFIG), interrogée à ce sujet ce vendredi, 21 juin 2024, a raconté ce qu’elle sait de cette situation pour le moins surprenante.

Badrou Cissoko, présidente de l’AFFIG

« Hier jeudi, dans l’après-midi, une dame m’a contacté de l’intérieur du pays pour m’expliquer un peu ce qui s’est passé. Le kidnapping s’est passé dans la matinée. Elle se rendait à l’hôpital Saint Gabriel. Suite à cela, elle est montée à bord d’un véhicule et elle a été kidnappée. Elle a envoyé un message à son mari à qui elle demandait de l’aider. Nous, on a cherché à tracer son numéro à travers la Direction centrale de la police judiciaire (DPJ). Eux, ils ont dit vraiment qu’ils ne peuvent pas, il faut 72 heures. C’est seulement après qu’ils pourront tracer son numéro. On a trouvé d’autres alternatives à travers d’autres personnes pour pouvoir tracer son numéro. Donc, ce qui fut fait. Elle a été localisée vers Kouria (préfecture de Coyah, ndlr). Le soir, elle a appelé, disant qu’elle se trouve vraiment dans la brousse et elle ne sait même pas où elle exactement. Quand elle a appelé sa mère, cette dernière nous a contactés. On lui a dit qu’elle était à Kouria, mais il faut qu’elle confirme d’abord car ceux qui ont tracé le téléphone ont dit qu’elle est dans cette zone. Je me suis déplacée pour aller à Kissosso à la rencontre de sa famille. Je leur ai expliqué que son numéro a été tracé, qu’elle est à Kouria. Elle a dit qu’elle était en train de saigner, elle a pu trouver de l’aide et la personne a confirmé qu’elle était à Kouria. Donc, son mari s’est dépêché pour aller la chercher et l’a ramenée à la maison. Elle est rentrée dans les bandes de 22 heures avec son mari. J’ai été encore sur les lieux, j’ai échangé avec la famille. On lui a posé des questions auxquelles elle n’a pas voulu répondre. Son médecin est venu la consulter. Il a dit qu’elle n’avait rien. C’est suite à cela qu’on s’est séparé hier. Ce vendredi matin, je l’ai appelée pour prendre de ses nouvelles, on m’a dit que tout va bien », a expliqué Badrou Cissoko, présidente d’Actions des femmes et filles de Guinée (AFFIG).

 Kadiatou Barry pour Guineematin.com

Facebook Comments Box