Conakry : une femme risque 10 ans de prison pour avoir « volé » un bébé de 3 mois

Nana Camara, domiciliée à Coyah, est poursuivie au tribunal de première instance de Kaloum pour avoir enlevé Hassanatou Soumah, un bébé âgé de trois mois. Comparaissant à la barre mardi 25 juin 2024, l’accusée reconnaît les faits qui lui sont reprochés. Mais, elle soutient qu’elle était menacée de mort par son amant, si elle ne le faisait pas. Le procureur a requis sa condamnation à 10 ans d’emprisonnement avec une période de sureté de 5 ans, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

En détention depuis le 23 janvier 2023 à la maison centrale de Conakry, Nana Camara a été appelée à la barre pour s’expliquer sur les faits d’enlèvement qui lui sont reprochés. La partie civile dans cette affaire est dame Mariama Camara, mère du bébé, absente à la salle d’audience.

Dans ses explications, l’accusée a justifié les faits par des menaces qu’elle recevait de la part de son amant. « Comme j’ai l’habitude de prendre le bébé et de me promener avec lui souvent, c’est pourquoi je l’ai pris pour venir avec lui à Conakry. Il n’y a jamais de problèmes entre moi et la famille. On n’a jamais été en conflit. Et ce que je dis ici, c’est la vérité. Parfois, la famille me confie l’enfant, mais pas fréquemment. Quand j’ai pris l’enfant à Coyah et je suis venue à Conakry, on n’a pas fait beaucoup de jours avant que la police ne vienne. Je n’ai passé qu’une seule nuit avec l’enfant. Bouba, mon copain m’a dit que si je n’envoie pas son enfant, qu’il allait me tuer. Mon enfant à moi était décédé, celui qu’on a fait ensemble. C’est cette menace qui m’a poussée à enlever l’enfant des autres pour venir le présenter à Bouba comme étant le mien. Je reconnais avoir enlevé l’enfant. Si mon amant ne m’avait pas menacé, je n’aurais pas enlevé l’enfant. J’éprouve des remords aujourd’hui. Ayant été mère, je compatis d’ailleurs. Si la maman était présente, j’allais lui demander pardon », déclare-t-elle à l’audience.

Les débats déclarés clos, le procureur a pris la parole pour ses réquisitions. Il va demander une lourde peine contre Nana Camara. « Vous conviendrez avec moi que l’action de Nana Camara est un crime d’enlèvement. Nous demandons qu’elle soit retenue dans les liens de la prévention et de la déclarer coupable des faits qui lui sont reprochés. Nous sollicitons une condamnation de 10 ans de réclusion criminelle, avec une période de sûreté de 5 ans. Cette sanction, une fois appliquée, sera dissuasive lorsque la presse la relayera auprès de ceux qui voudront emprunter le même chemin que l’accusée… »

Pour sa part, l’avocat de la défense, dans sa plaidoirie, s’est accentué sur le caractère vierge du casier judiciaire de sa cliente pour solliciter de larges circonstances atténuantes.

Le tribunal, par la voie du juge Mamadou Bhoye Diallo, a renvoyé le dossier au 9 juillet 2024 pour la délibération.

Affaire à suivre !!!

 Mamadou Baïlo Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box