Jugé pour viol sur une fillette de 5 ans à Conakry: Almamy Camara dénonce un complot

Le jeune mécanicien Almamy Camara, alias Komboè, domicilié au quartier Kouléwondi, dans la commune de Kaloum, est jugé pour viol sur une mineure de 5 ans. A l’audience de mardi, 25 juin 2024, l’accusé a nié les faits mis à sa charge, parlant d’un complot monté de toutes pièces à son encontre. Dans ses réquisitions, le représentant du Ministère public a parlé de doute dans cette affaire, surtout avec l’absence de preuves. L’accusé pourrait se tirer d’affaires, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Almamy Camara, alias Komboè, est en détention à la maison centrale de Conakry depuis le 12 août 2022. Il est soupçonné d’avoir abusé 5 fois de la victime, âgée de 5 ans au moment des faits, avant de lui donner de l’argent par la suite.

Interrogé à ce sujet, l’accusé nie les faits avant d’affirmer qu’il est victime d’un complot. « Je ne reconnais pas les faits qui me sont reprochés. Je suis voisin avec la fille, mais nos maisons sont distantes. Je ne lui ai jamais donné de l’argent. Je n’ai jamais invité la gamine à mon appartement. On m’a accusé à tort dans cette affaire. Moi d’ailleurs, j’ai une moto, je sors à 6h pour travailler et je rentre très tard la nuit. J’ai fui le quartier parce qu’on m’avait informé que des gens me recherchaient pour viol. On m’a suggéré de fuir pour sauver ma vie, parce que quand on accuse quelqu’un de viol, vrai ou pas, ta vie est menacée. Je ne sais vraiment pas pourquoi on m’accuse… Mais, je sais qu’un jour, j’étais avec le jeune frère de la plaignante, on était ami. Il m’a demandé que je lui prête de l’argent. Ça a duré, il m’a remboursé. Je suis allé me plaindre dans la famille, en leur faisant savoir que je ne bougerais pas de chez eux si je n’avais pas mon argent. On s’est même bagarré pour ça. La famille m’a chassé d’ailleurs violemment. Je soupçonne qu’on m’accuse à tort de ce viol à cause de ça. Tout ce que je demande aujourd’hui au tribunal, c’est de me croire, de croire que je ne suis pas auteur de ce qu’on me reproche. Tous les membres de ma famille sont à ma charge actuellement, j’espère être libéré pour continuer à m’occuper d’elle », a-t-il déclaré.

Le représentant du ministère public, dans ses réquisitions, parle de doute dans le dossier et d’absence suffisante de preuves puisque ni le rapport médico-légal fourni au dossier ne prouve la culpabilité de l’accusé, ni la partie civile (M’Balia Bangoura, représentante de la mineure, ndlr) n’est venue s’expliquer à la barre. Il va demander au tribunal de déclarer l’accusé non coupable des faits qui lui sont reprochés et de le libérer.

Au tour de l’avocat de la défense de demander le renvoi de son client des fins de la poursuite et de le déclarer non coupable.

Le tribunal met l’affaire en délibéré par la suite pour décision être rendue le 9 juillet 2024.

Mamadou Baïlo Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box