4 présumés bandits présentés à Coyah : ils opéraient à Kobaya, Bailobaya, Samattra, Kaporo, Kipé, Yimbaya et Coyah

Ce groupe de présumés bandits a été interpellé par l’escadron de la gendarmerie mobile numéro 23 de Coyah. Il s’agit de  Samuel Mansaré,  Kalifa Condé,  Ibrahima Sylla et Kerfalla Bangoura. Ils sont poursuivis pour détention illégale d’arme de guerre, association de malfaiteurs et de vol à main armée dans le grand Conakry (Conakry, Coyah et Dubreka). Ils  ont été présentés hier, vendredi 5 juillet 2024, à la presse locale. C’était dans les locaux de la brigade de recherche de la gendarmerie de Coyah, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Coyah.

Dans ses explications, le Lieutenant Mohamed Saidou Damba, Commandant adjoint à la brigade de recherche de Coyah, est revenu sur les circonstances de l’arrestation de ces présumés malfaiteurs.

 » C’est dans la matinée du vendredi, 28 juin 2024, à 05 heures du matin, lors d’une patrouille mixte des forces de défenses et de sécurité de Coyah, que l’Escadron de gendarmerie mobile numéro 23 de Coyah a reçu l’information relative à la présence d’une arme AK47 dans un véhicule de marque Nissan type Almera, de couleur marron, immatriculée AU -2871-02. L’interception immédiate dudit véhicule a permis l’interpellation de trois individus et la saisie d’une arme AK47 par ladite unité. C’est en agissant en synergie d’action avec la Brigade de recherche de Sonfonia, appuyée par l’Escadron gendarmerie mobile numéro 23 de Coyah et la Brigade Anti-Criminalité numéro 03 de Tombolia que la quatrième personne a été interpellée à Tombolia. Entendus sur les faits, les nommés Samuel Mansaré et Kalifa Condé ont reconnu avoir acheté ces deux (02) armes pour voler. Ils déclarent avoir participé à six (06) opérations dans les localités de Kobaya, Bailobaya, Samattra, Kaporo, Kipé, Yimbaya et Coyah. De l’enquête effectuée, il ressort qu’il existe plusieurs raisons plausibles de soupçonner que les infractions de détention illégale d’arme de guerre, d’association de malfaiteurs et de vol à mains armées pourraient être retenues à leurs encontre », a-t-il expliqué.

A notre micro,  Kalifa Condé, un des présumés bandits, a reconnu les faits qui leur sont reprochés.

 » Dans la nuit du 28 juin 2024, Samuel Mansaré et des gendarmes sont venus chez moi soi-disant que je suis son ami et ils ont trouvé une arme chez moi. C’est à cause de ça que je suis là. Oui je reconnais bien sûr les faits qui me sont reprochés. Je demande à l’Etat de m’excuser cette fois-ci, car j’ai fait une erreur et je ne vais plus faire ça”, a-t-il dit.

Le procureur de la république près le tribunal de première instance de Coyah, Lazarre Mamady Bauret, a profité de l’occasion pour féliciter, mais aussi pour inviter les populations à la collaboration dans la lutte contre le banditisme.

« Je voudrais tout d’abord remercier cette grande synergie de l’Escadron gendarmerie mobile numéro 23 de Coyah, plus la brigade de recherche pour avoir réussi à interpeller des présumés auteurs des faits infractionnels. Et aussi féliciter et remercier la franche collaboration de mes collègues procureurs de Mafanco, de Dixinn et de Dubréka pour nous avoir porté main forte pour réussir ce coup de filet. Je ne fais que féliciter tous les services qui ont concouru à cela et lancer un appel pressant à la population de Coyah et aux autres populations de Conakry et de Dubréka pour la collaboration avec les services de sécurité, puisque ces présumés auteurs logent dans nos maisons, dans nos quartiers et passent la journée et la nuit avec nous. Donc les dénoncer pour les extirper des paisibles citoyens ne serait que service rendu et pour eux-même et pour la société”, a-t-il déclaré.

Après cette présentation à la presse, ces quatre présumés bandits ont été déférés au tribunal de première instance de Coyah pour la suite de la procédure les concernant.

De Coyah, Étienne Tamba Tenkiano pour Guineematin.com

Facebook Comments Box