Sommet de l’AES à Niamey : le Mali dirigera la confédération pour une année 

Colonel Assimi Goita, président du Mali

Le premier sommet de l’Alliance des États du Sahel (AES), regroupant le Burkina Faso, le Mali et le Niger, s’est tenu ce samedi 6 juillet au Centre international des conférences Mahmat Ghandi de Niamey. La première présidence tournante sera assurée par Bamako, a appris Guineematin.com à travers son correspondant basé à Bamako.

Sommet de l’AES

Le Niger a abrité la première session du Collège des Chefs d’Etat militaires de l’AES où le Général Abdrahamane Tiani, le Capitaine Ibrahim Traoré et le Colonel Assimi GOÏTA se sont retrouvés pour la première fois. Cette rencontre, historique, fut l’occasion de discuter amplement des questions liées à l’opérationnalisation des organes de l’AES et sa confédération officiellement lancée.

D’importantes décisions ont sanctionné les échanges, avec le  Mali qui prend la présidence tournante de l’AES. Le prochain sommet aura lieu en 2025. « La date sera fixée par voie diplomatique », selon les chefs d’États qui envoient ainsi un pied de nez à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui tient son sommet ce dimanche à Abuja (NIGERIA).
A l’occasion de ce sommet de l’AES,  le chef du régime militaire nigérien d’affirmer que les peuples de son pays et ses deux alliés avaient « irrévocablement tourné le dos à la CEDEAO ».

Dans son discours, le président du Faso, le Capitaine Ibrahim TRAORE a chargé les impérialistes ‘’qui volent et pillent nos pays’’, ainsi que leurs ‘’valets locaux’’ qu’ils parviennent toujours à faire élire à l’issue de processus électoraux dont ils définissent les règles. Fidèle à sa ligne sankariste, inspirée du révolutionnaire Président Thomas SANKARA, il ajoutera que « ces impérialistes n’ont qu’un seul cliché en tête, l’Afrique est l’empire des esclaves. C’est comme cela qu’ils voient notre continent. Pour eux, les africains leur appartiennent, nos terres leur appartiennent, nos sous-sols leur appartiennent ».

À noter que le Burkina a été choisi pour accueillir la première conférence des parlementaires de l’Alliance.

Le désormais président en exercice,  le Colonel Assimi GOÏTA a rappelé que la signature de la Charte du Liptako-Gourma en septembre 2023 symbolisait la décision collective prise par les 3 Etats pour lutter contre le terrorisme. Une synergie d’actions des armées des pays de l’AES dans la traque des groupes armés terroristes  » qui donne des résultats tangibles ». Le numéro 1 Malien révèle que les présidents TIANI et TRAORE ont pris les mesures nécessaires pour autoriser les droits de poursuite sur leurs territoires respectifs, permettant de traquer efficacement les mouvements terroristes hors des frontières nationales.

Avant ce sommet, trois grandes rencontres ministérielles, s’étaient tenues à Bamako du 23 novembre au 1er décembre 2023 ; à Ouagadougou du 12 au 14 février 2024 et à Niamey, le 17 mai 2024 pour préparer ce tournant régional. Aussi, les questions de sécurité et de défense, de diplomatie, de l’intégration économique et mondiale ont animé les discussions de cette entité qui prône la rupture avec la CEDEAO.

Keita Idrissa, correspondant de Guineematin.com au Mali 

Facebook Comments Box