Succès et défis du pèlerinage à la Mecque : le témoignage du guide Elhadj Karamba Diaby

Elhadj Karamba Diaby, guide pour le pèlerinage

Les pèlerins guinéens, qui ont effectué le 5ème pilier de l’islam en Arabie Saoudite, regagnent notre pays au compte-gouttes. Les guides, ceux qui ont facilité la tâche aux pèlerins se disent satisfaits du déroulement du pèlerinage de cette année 2024. C’est le cas du secrétaire préfectoral des affaires religieuses de Kindia, guide. Dans un entretien accordé à Guineematin.com à travers un de ses reporters, Elhadj Karamba Diaby partage son expérience après un Hajj couronné de prières et de bénédictions.

Malgré les nombreux défis, notamment les décès tragiques et la chaleur extrême, ce guide a fait savoir que tout s’est bien passé. « Dieu merci, nous sommes bien rentrés au pays. Le pèlerinage à la Mecque s’est bien passé de notre côté. Nous avons fait des prières et bénédictions pour le pays, pour nous-mêmes et pour l’actuel président de la République, afin que Dieu guide ses pas pour le bien-être des Guinéens. En tant que guide des pèlerins, notre agence a accueilli 70 candidats au pèlerinage, dont 10 venus de la préfecture de Télimélé, complétant ainsi l’effectif de la Guinée… Nous avons effectué le tour de Médine à la Mecque conformément aux prescriptions de l’islam. Nous avons bénéficié du soutien du secrétariat général des affaires religieuses, de notre consul, des autorités saoudiennes et d’autres partenaires », a déclaré Elhadj Karamba Diaby.

Poursuivant, notre interlocuteur est revenu sur les cas de décès enregistrés lors du pèlerinage 2024, avant d’évoquer la situation des pèlerins clandestins. « On a appris qu’il y a eu beaucoup de morts pendant le pèlerinage de la Mecque cette année. C’est une réalité. À ma connaissance, il y a eu 5 à 7 décès du côté des guinéens. Cependant, affirmer que des milliers de Guinéens sont morts, c’est exagéré. En ce qui concerne mes pèlerins de Kindia, je peux vous assurer qu’ils sont tous revenus sains et saufs. Tout s’est bien passé de notre côté. Il est clair que le Hajj n’est pas sans difficultés ni souffrances. Une fois à la Mecque, certaines personnes tombent malades avec des maux de tête, des rhumes, d’autres se perdent ou s’évanouissent, etc. C’est aussi un passage obligé, car c’est un lieu de purification. Le Hajj nécessite une bonne santé et une certaine jeunesse, ainsi que les moyens nécessaires. Donc, si ces conditions ne sont pas réunies, il ne faut pas forcer la situation. Il faut préciser qu’il a fait particulièrement chaud cette année à la Mecque. C’est la première fois en plus de dix ans que je guide les pèlerins à la Mecque, mais la température cette année a été exceptionnelle, atteignant 52 °C. Ce qui a posé beaucoup de difficultés. Quant aux pèlerins clandestins, c’est une réalité. Des personnes sont parties pour la Oumra et sont restées plus de deux mois, s’infiltrant pour effectuer le pèlerinage. Nous les avons repérés afin de les rapatrier. Dieu merci, les 70 candidats pèlerins de Kindia gérés par notre agence sont tous rentrés chez eux sans problème ni rapatriement. Chacun a récupéré ses bagages. Je ne peux pas dire que personne n’est tombé malade. Nous avons appris que plusieurs guinéens détenteurs de visas Oumra ont souffert cette année, notamment ceux en provenance de Conakry, de France et d’ailleurs, en raison des mesures prises par les autorités saoudiennes… J’encourage chacun à aller à la Mecque à ses propres frais, en suivant la voie légale », a souligné Elhadj Karamba Diaby.

Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 628516796

Facebook Comments Box