Conakry : ce que risque un féticheur, accusé d’avoir fait disparaître les sexes d’une dizaine de jeunes gens

Mamadouba-Bangoura-une-des-victimes

C’est une affaire qui avait fait grand bruit à Conakry. Seydouba Camara, féticheur de profession, avait fait disparaître les sexes de plusieurs jeunes gens au quartier Kénien. Mis aux arrêts, inculpé pour charlatanisme et placé sous mandat de dépôt, son procès en était aux plaidoiries et réquisitions ce jeudi 4 juillet 2024 au tribunal correctionnel de Dixinn. Le procureur a requis sa condamnation au temps mis en prison, soit 13 mois, et le paiement d’une amende d’un million de francs guinéens, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le féticheur Seydouba Camara est en détention préventive à la maison centrale de Conakry depuis le 17 mai 2023. Les faits pour lesquels il est jugé se sont produits lors de la célébration d’un mariage, dans la nuit du samedi, 13 mai 2023, au quartier Kénien, dans la commune de Matam. Ce jour, plusieurs jeunes gens ont perdu l’usage de leurs appareils génitaux lors d’une soirée dansante dénommée Faré-gnâkhi.

Lors de sa première comparution dans cette affaire, Seydouba Camara avait reconnu aisément les faits de charlatanisme à lui reprochés et demandé pardon.

Jeudi, 4 juillet 2024, dans la phase des réquisitions, le ministère public a demandé de retenir le prévenu dans les liens de la prévention, « en faisant application de l’article 704 du code pénal » relatif au charlatanisme. « Pour la répression, vous le condamnerez au temps mis en prison, et au paiement d’une amende d’un million de francs guinéens. D’interdire à Seydouba Camara de faire toutes sortes de charlatanisme. D’ordonner de publier la décision à tous les canaux, à ses frais », a requis le représentant du ministère public.

Pour son dernier mot, devant le juge Alpha Saidou Sylla, pour sa propre défense, le prévenu parle d’un accident. « Ce que j’ai fait, c’est purement un accident. Je demande au tribunal de me pardonner. Ce qui s’est passé, c’était pour de l’argent… »

Le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 18 juillet 2024.

Kadiatou Barry pour Guineematin.com

Facebook Comments Box