Pour Dr Zotomou Kpogohmou, « le CNRD veut simplement confisquer le pouvoir, et c’est ce qu’il ne faut pas….»

Dr Edouard Zoutomou Kpogomou, président de l’UDRP (Union Démocratique pour le Renouveau et le Progrès)

Le glissement du calendrier pour le retour à l’ordre constitutionnel se précise de plus en plus en Guinée. Alors que des membres du gouvernement multiplient les sorties dans ce sens, des acteurs politiques disent reprouver cette idée et ne comptent pas se laisser faire. Dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com ce lundi, 08 juillet 2024, Dr Édouard Zotomou Kpoghomou a dit tout le mal qu’il pense de ce glissement supposé et invite le CNRD à d’œuvrer de manière inclusive.

A l’occasion d’une conférence, récemment animée à Conakry, Ousmane Gaoual Diallo, porte-parole du Gouvernement, a annoncé qu’un accord serait en perspective avec la CEDEAO pour un éventuel glissement. Il emboite le pas au Premier ministre Bah Oury qui avait tenu les mêmes propos sur RFI.

Dr Edouard Zoutomou Kpogohmou, le leader de l’Union démocratique pour le renouveau et le progrès (UDRP) et membre de l’Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie (ANAD), dit que ce n’est ni au CNRD ni à la CEDEAO de prendre de telles décisions, sans les acteurs politiques. « Depuis très longtemps, nous savions justement que c’était des arguments de débat, si non en 3 ans, on peut faire une transition. Tout le monde sait cela, mais c’est parce qu’il n’y a jamais eu cette volonté de conduire la transition jusqu’au couronnement, jusqu’à la fin, c’est pourquoi nous sommes dans cette situation. Si non, monsieur Gaoual ou le gouvernement peut entreprendre une mission avec la CEDEAO; ce qu’on sait, ce n’est pas elle qui va résoudre le problème et il appartient aux guinéens de résoudre leur problème, ce n’est pas la CEDEAO. Parce que la dernière fois qu’ils se sont rencontrés, aucun parti, parmi les partis concernés, n’était invité. C’était entre la CEDEAO et le CNRD. Cette fois-ci encore, s’ils veulent venir et quand ils sont venus, ils n’ont pas eu le respect pour les partis politiques, ils n’ont invité personne, c’est avec le CNRD qu’ils ont cherché à mettre en place un calendrier, alors que la charte de la transition disait que c’est entre le CNRD et les forces vives. Maintenant, ce n’est pas à eux seul de faire ce qu’ils veulent. Ce que nous savons, la transition doit finir », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, Dr. Edouard Zotomou Kpogohmou indique que les politiques n’ont pas abandonné la lutte et qu’ils ne peuvent pas être écartés du processus. « Les politiques ne peuvent jamais être écartés parce que la transition en elle-même est un processus politique. Alors, si vous voulez résoudre un problème politique en écartant les politiques, ça veut dire que vous ne voulez pas résoudre le problème. En réalité, ils sont en train de dérouler leur agenda. Mais vous savez, une transition quand elle intervient, elle n’est pas planifiée, on ne dit jamais qu’on va avoir une transition tel jour. Les politiques n’ont pas abandonné, si vous avez remarqué, c’est parce que simplement il faut éviter des confrontations sanglantes. Il y a une méthode que les gens sont en train de suivre. On ne fixe pas le début d’une transition, mais la fin peut bien-sûr être fixée de commun accord, parce que c’est un processus qui doit être géré par un consensus. Maintenant, si les uns pensent qu’ils peuvent entrer en négociation avec la CEDEAO, les autres sont écartés, je crois que c’est une erreur », soutient ce vice-président de l’ANAD.

En outre, l’acteur politique dit compter sur le peuple de Guinée et invite le CNRD à prendre du recul dans son projet de glissement. « Dans tous les cas, les politiciens sont en train de se retrouver pour voir de quelle façon il faut résoudre ce problème. En fin de compte, ce n’est pas la CEDEAO, l’Union Africaine, l’Union Européenne ni les Nations Unis qui vont résoudre ce problème. Il doit être réglé ici par les guinéens. Le CNRD peut compter sur la CEDEAO, mais les politiques ne sont pas en train de compter pas sur le CNRD encore moins sur la CEDEAO, nous comptons sur le peuple de Guinée. Nous avons demandé que les autorités se remettent en cause pour voir dans le pays, les populations sont en train de souffrir énormément, c’est la misère. Alors, si ça continue comme ça  on pourrait arriver à une situation qui sera incontrôlable, c’est ce que nous disons. Nous leur demandons de rebrousser chemin et de voir ce qui est dans l’intérêt du pays et non pour eux. Aujourd’hui, nous voyons que le CNRD veut simplement confisquer le pouvoir et tous les actes qu’ils sont en train de poser vont dans ce sens, et c’est ce qu’il ne faut pas », a lancé Dr Kpogohmou.

Ismael Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 624693333

Facebook Comments Box