Voyage avorté pour les USA, via le Nicaragua : dame Fatou Traoré réclame 8 mille dollars à Karamo Traoré

Karamo Traoré, se disant agent commercial de profession, a comparu devant le tribunal correctionnel de Dixinn, pour répondre des faits d’escroquerie, portant sur 192 millions de francs guinéens et 8 mille dollars. Ces montants étaient destinés à faire voyager des guinéens pour les USA, via le Nicaragua, dont le fils de dame Fatoumata Traoré, partie civile dans cette affaire. Des faits que rejette Karamo Traoré, même s’il reconnaît avoir reçu de l’argent à cet effet, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le prévenu Karamo Traoré est en détention à la maison centrale de Conakry depuis le 29 janvier 2024. Dans cette affaire, il est opposé à Kabinet Kaba et Fatoumata Traoré. A la barre, le prévenu nie les accusations d’escroquerie, mais reconnaît avoir reçu les sommes en question.

À cette audience, Fatoumata Traoré, née en 1970, domiciliée au quartier Bellevue, dans la commune de Dixinn, a donné sa version des faits. « C’est à travers Monsieur Kabinet Kaba (autre partie civile, ndlr) que j’ai connu Monsieur Karamo Traoré. C’était pour faire voyager mon fils pour les Etats-Unis. Les frais de voyage, il a dit 8 mille dollars. Je lui ai remis 5 mille dollars. Un jour, il est venu à la maison en me montrant un document pour dire que c’est le visa ; donc, de payer le reste de l’argent. Je lui ai remis alors les 3 mille dollars restants. La date du voyage n’a pas été respectée. Mon fils n’a pas voyagé à travers lui. Depuis janvier jusqu’au mois de novembre, je l’attends. Il m’a donné les reçus des montants versés. Karamo Kaba m’a fait comprendre qu’il a déjà fait voyager beaucoup de personnes. Quand il a envoyé le document, je lui ai dit que moi, je suis illettrée. Donc, c’est avec confiance que je lui ai remets le reste de l’argent. S’il ne fait pas son travail, c’est qu’il m’a amadoué pour retirer mon argent. Pour moi, ce n’est pas un accident. Il m’a dit de lui donner une semaine. J’ai accepté. Après cela, à chaque fois que je l’appelle, il ne décroche pas. Je ne me suis pas adressée à l’ambassade parce qu’il m’a fait comprendre qu’il pouvait monter mon dossier. Il m’a dit qu’au bout de trois semaines, il ferait voyager mon fils. Je demande au tribunal que je sois remboursé », a-t-elle expliqué.

Ayant plusieurs affaires sur le rôle, le ministère public a suggéré au tribunal un renvoi. Suite à cette demande, l’avocat de la défense a sollicité une remise en liberté du prévenu.

Le représentant du ministère public s’est fondé sur l’énormité de la somme, puis de l’infraction commise, pour s’opposer à la demande de la défense. Et l’avocat de la partie civile est allé dans le même sens que le procureur, estimant qu’il n’y a pas de garanties suffisantes.

Le tribunal a rejeté la demande de remise en liberté formulée par la défense et renvoyé l’affaire à ce lundi (8 juillet) pour réquisitions et plaidoiries.

Kadiatou Barry pour Guineematin.com

Facebook Comments Box