Du bétail dans les rues de N’Zérékoré : une source d’accidents qui irrite citoyens et autorités

Dans la commune urbaine de N’zérékoré, les animaux en divagation sont accusés d’être la source d’innombrables accidents de la circulation. Ces animaux (vache, mouton, chèvre…) sont visibles un peu partout dans les rues où ils rivalisent avec les véhicules et autres engins roulant. Cette situation irrite les citoyens, mais aussi les autorités locales. Des autorités qui, il y a quelque temps, ont entrepris une opération de ratissage pour mettre main sur ces animaux errants dans le but de pouvoir sanctionner leurs propriétaires. Mais, cette initiative a été sabotée par les voleurs de bétails qui ont mis l’occasion à profit pour subtiliser les animaux des éleveurs, a appris un des correspondants de Guineematin.com à N’zérékoré.

Conducteur de taximoto au rond-point du grand marché de N’zérékoré, Daouda Sanoh présente la divagation des animaux comme une source d’accident. Mais, il accuse surtout les éleveurs d’être à l’origine de cette situation.

Daouda Sanoh, commerçant et conducteur de taxi-moto

« A N’Zérékoré ici, les animaux sont dans la plupart des cas les sources des accidents. Mais on ne peut pas accuser ces animaux, parce que ce sont des bêtes qui ne réfléchissent pas. C’est plutôt leurs propriétaires qu’on doit accuser. Si les animaux sont dans les clôtures, ils ne sortiront pas pour être dans les rues. Surtout, on enregistre d’énormes difficultés qui nous empêchent parfois dans la circulation. Nous voyons aussi souvent que ces animaux broutent les jardins des gens. Et quand ces derniers arrivent à mettre main sur ces animaux, cela devient des problèmes. Même avant-hier, des animaux ont causé un accident de la circulation devant moi. Je demande aux autorités de prendre les mesures pour remédier à cette situation. Les éleveurs doivent également mettre leurs animaux dans les clôtures pour empêcher les choses que nous subissions dans la ville », a dit ce jeune qui arpente quotidiennement les rues du centre-vile de N’zérékoré.

Abondant dans le même sens, Louise Saouromou, habitante du quartier Nakoyakpala, souhaite que des dispositions soient prises par les autorités pour endiguer ce “fléau” dans la commune urbaine de N’zérékoré.

Louise Saouromou, citoyenne résidante au quartier Nakoyakpala

« Concernant la divagation des animaux, je dirai que c’est un peu négatif. Parce que quand nous voyons même ici à la Cachette, à la montée, souvent les bêtes qui se promènent un peu partout causent des accidents de la circulation. Ces mêmes animaux font des dommages à ceux qui font les jardins dans les quartiers et les femmes qui font le maraîchage en ville. Ces animaux peuvent se déplacer en groupe pour  aller brouter toutes les feuilles d’un jardin, et si c’est dans le voisinage, c’est un peu difficile, parce que si tu parles, ils vont te dire que tu es méchant, que tu ne veux pas voir leurs bêtes…. Alors, il serait mieux que dans la construction, si tu veux élever des animaux, que tu fasses des hangars ou des enclos pour ces herbivores. Que les éleveurs mettent en tête que quand ils laissent les animaux en divagation, ils causent non seulement d’énormes dégâts dans la circulation, et cela joue aussi sur ceux qui font le maraîchage. Je lance un appel aux autorités du service de l’élevage, en collaboration avec celles de la commune, pour prendre toutes les dispositions face à ce fléau », a-t-elle indiqué.

Pour lutter contre la divagation des animaux dans les rues de la commune urbaine de N’zérékoré, une opération de ratissage a déjà été entreprise par les autorités communales. Mais à en croire Namadjan Bérété, point focal de l’assainissement à la commune de N’Zérékoré, cette opération a été suspendue à cause des voleurs de bétails. Ces derniers profitaient de l’occasion pour subtiliser les bœufs des éleveurs.

Namadjan Bérété, point focal de l’assainissement à la commune urbaine de N’Zérékoré

« On avait reçu un ordre de mission d’un mois et nous avons mis mains sur les animaux en divagation, mais pour un moment, on a suspendu sous l’ordre des autorités hiérarchiques. Parce que dès que nous sommes en mission, les voleurs aussi sortent. C’est la raison pour laquelle on a suspendu pour pouvoir trouver une meilleure. On avait constaté que dès qu’on commence à attraper les animaux en divagation, les voleurs aussi sortent pour des opérations de vol des bétails. Dans l’article 64 du code de l’environnement, que tous les animaux en état de divagation doivent être pris par les services municipaux. Lorsque l’animal reste avec nous durant trois (3) jours sans que les propriétaires ne viennent les chercher, on les fait en viande, c’est ce que dit la loi municipale. Ces animaux dérangent beaucoup. Surtout, ils sont souvent source d’accidents… Ma mission est de lutter contre cette divagation et l’insalubrité. Si cette initiative est suspendue en ce moment, c’est parce que souvent lorsqu’on fait les ramassages des animaux, on enregistre beaucoup de problèmes. Quand on prenait ces animaux, on les mettait dans notre clôture. Mais souvent, des gens pouvaient venir dire que l’animal les appartient, tandis que c’est un mensonge. Mais on a pu trouver une solution à cela, car celui qui vient récupérer son animal, on lui demande sa pièce d’identité, son numéro et sa résidence. Je lance un message aux éleveurs d’animaux de mettre leurs animaux dans les enclos. Parce qu’un éleveur doit entretenir ces animaux, et dès lors que la mission sera à nouveau à notre disposition, on prendra tout animal qu’on verra sur les rues. Et, il y a également des amendes financières contre les propriétaires avant de récupérer leurs animaux », a précisé Namadjan Bérété.

De N’Zérékoré, Jean David Loua, Cécé Gbamou et Marcelin Loua pour Guineematin.com 

Tel : (+224) 620 58 60 02 

Facebook Comments Box