Tribunal de Kaloum : l’ex ministre des Mines, Ahmed Kanté, et deux autres personnes jugés pour « abus de confiance et concurrence déloyale »

Tribunal de Kaloum

Le procès de l’ex ministre des Mines et de la Géologie, Ahmed Kanté, et ses deux coaccusés Claude Lorcy et Philippe Roger s’est poursuivi lundi, 8 juillet 2024, devant le tribunal correctionnel de Kaloum. Ces trois prévenus sont poursuivis devant cette juridiction pour “abus de confiance et concurrence déloyale” au préjudice de la société “African Bauxite Corporation (ABC)” représentée par le Russe Alexandre Zotov. On leur reproche notamment d’avoir perçu 10 millions de dollars « en violation manifeste de la loi et au détriment de monsieur Alexandre Zotov. Des faits réfutés par le ministre Ahmed Kanté à la barre. Il assure que la société ABC (partie civile dans cette procédure) n’a jamais existé dans le cadastre minier guinéen et dénonce une « tentative de déstabilisation de ses activités et de ternir sa réputation » a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Parmi les trois prévenus dans cette affaire, c’est seulement l’ancien ministre des Mines qui a comparu hier lundi devant cette juridiction.  Les deux autres ont brillé par leur absence à cette audience.

Entouré de ses avocats, Ahmed Kanté a rejeté en bloc les faits « d’abus de confiance et concurrence déloyale  » articulés contre lui. Dans sa déposition, il a fait comprendre au tribunal qu’il n’a aucune relation avec la société ABC et de quelque nature que ça soit il n’a rien reçu de ladite société.

« Je suis accusé devant ce tribunal par une société appelée ABC. En ce que je sache, je n’ai pas de relation avec cette société. Cette société est créée le 5 novembre 2018, et après le 1er février 2019, la société s’est effondrée. Il n’y a pas d’actes entre cette société et moi, je n’ai aucune relation avec ABC.  Ni dans le fond, ni dans la forme, je n’ai rien reçu de ABC.  Je trouve cette accusation fantaisiste et non fondée. L’objectif, c’est de ternir ma réputation. Il s’agit d’une tentative de déstabilisation, une tentative de ternir ma réputation, une tentative de saboter une activité qui est conduite par des Guinéens et qui enregistre des succès. Notre société (AGB2A-GIC) est une société minière légalement installée, qui paie les taxes à l’Etat, qui emploie des Guinéens, qui a construit des infrastructures. L’Etat a toujours donné la position aux travailleurs et non aux spéculateurs. Mais je fais entièrement confiance à la juridiction de mon pays. Je n’ai rien reçu de ABC de quelque nature que ce soit… La cause de son effondrement, c’est son incapacité économique, son incapacité financière, son incapacité technique, les conflits internes. Ce n’est pas Ahmed Kanté qui a entraîné son effondrement. A aucun moment les causes de l’effondrement de ce projet n’est imputable à Ahmed Kanté. ABC n’apparaît nullement dans le cadastre minier guinéen. Il n’a pas de permis d’exploitation.  Il n’existe pas… Ce sont des actes de sabotage, de la jalousie, une méchanceté extrême pour chercher à déstabiliser une société locale qui crée de l’emploi. Eux, ils n’ont qu’à nous montrer un seul poulailler qu’ils ont construit. Ça n’existe pas », a martelé Ahmed Kanté.

Au terme de cette déposition, la partie civile par la voix de maître Alkhaly Mohamed Touré, a pris la parole pour lui demander s’il a participé à la signature du protocole d’accord liant Alexandre Zotov et à ses partenaires chinois. Et en quelle qualité il a participé ?

« J’ai assisté à la signature en Chine. Mais je n’ai pas signé. Et j’ai participé en qualité de promoteur de GBT et Axis » a-t-il répondu.

L’avocat poursuit sa question en ces termes : Qu’est-ce que GIC (Guinéa International Corporation) a apporté pour avoir 56%, si ce n’est pas parce qu’elle a substitué la société African Bauxite Corporation (ABC) ?

En guise de réponse, le prévenu dira qu’ils ont apporté “les recherches, les expertises, les permis d’exploitation, la validation des différents plateaux…

Finalement, le tribunal a renvoyé l’affaire au 22 juillet prochain pour la suite des débats.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com 

Tel : 620 589 527/664 413 227

Facebook Comments Box