Interpellé à l’occasion des manifestations du FNDC contre la tenue du double scrutin législatif et référendaire du 22 mars 2020 en Guinée, Ibrahima Dillo alias ‘’Big Manager’’ a été jugé et condamné hier, vendredi 12 février 2021, à six (6) mois de prison. Le tribunal correctionnel de Dixinn l’a reconnu coupable des faits d’attroupement illégal, destruction d’édifices privés et détention et consommation de chanvre indien. Mais, la peine infligée à ce jeune élève de 21 ans est largement inférieur au temps (11 mois) qu’il a mis en détention préventive à la maison centrale de Conakry, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

 

Dans cette affaire qui vient de connaitre son épilogue, Ibrahima Diallo alias ‘’Big Manager’’ a été arrêté par des bérets rouges (des militaires) à Kissosso, un quartier de la commune de Matoto. Le jeune élève a finalement été transféré au parquet du tribunal de première instance de Dixinn où il a été placé sous mandat de dépôt le 20 mars 2020 et conduit en prison à la maison centrale de Conakry. C’est donc après 11 mois de détention dans cette maison carcérale surpeuplée que ce jeune élève a comparu ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Dixinn pour être jugé et répondre des faits qui sont reprochés. Des faits contre lesquels il a plaidé non coupable à la barre.

 

« J’ai été dénoncé par le chauffeur Boubacar qui est dans notre quartier. C’est ce dernier qui a conduit les bérets rouges chez nous pour m’interpeller. Son véhicule a été caillassé ; et, il (Boubacar) a dit que je faisais partie du groupe qui a barricadé la route. Ils m’ont demandé de citer mon groupe et j’ai cité Mamadou Aliou et autres. Mais, je n’ai pas barricadé la route pour empêcher les véhicules de circuler. Je n’ai pas du tout participé à cette manifestation, je n’ai pas cassé un véhicule, ni volé des objets des gens », a-t-il expliqué devant le tribunal.

 

Cependant, cette déposition de Ibrahima Diallo n’a pas convaincu le ministère public de son innocence dans cette affaire. Le procureur audiencier, Daouda Diomandé, l’a d’ailleurs accusé d’être le « chef du groupe » qui barricadait les routes et qui spoliait l’argent et les biens des usagers à Kissosso.

 

« Le prévenu Ibrahima Diallo, alias Big Manager, et son groupe barricadaient la route dans les quartiers pour empêcher les véhicules de circuler. Dès que tu viens avec ton véhicule, on te demande de l’argent. Si tu ne donnes pas, on te fait sortir du véhicule par la force, on te retire les biens et on casse ton véhicule. C’est à cette occasion que lui il a été arrêté par les bérets rouges. Il n’était pas le seul. Il a cité librement les membres de son groupe qui sont plus de 5 personnes. Et, parmi eux, il y a des mineurs. C’est après instructions qu’ils ont trouvé que Ibrahima Diallo est majeur et c’est pourquoi il a été conduit devant le tribunal correctionnel de Dixinn pour des faits d’attroupement illégal… Donc, nous demandons au tribunal de retenir Ibrahima Diallo dans les liens de la culpabilité d’attroupement illégal en le condamnant à 10 mois d’emprisonnement ferme », a requis le procureur Daouda Diomandé.

 

Prenant la parole, l’avocat de la défense a pris le contrepied des allégations du ministère public. Me Amadou Bah a purement sollicité la relaxe de son client dans cette affaire pour délit on constitué.

« Le ministère public n’a pas rapporté les preuves que Ibrahima Diallo est un chef de groupe. Il n’a également pas montré les preuves que Ibrahima Diallo à barricadé ou caillassé un véhicule. Aucune preuve, aucun témoignage n’a été exhibé ici. C’est pourquoi nous vous demandons de relaxer purement et simplement Ibrahima Diallo pour délit non constitué », a dit Me Amadou Bah.

Finalement, dans sa décision, le tribunal a condamné Ibrahima Diallo à 6 mois d’emprisonnement.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin