Sidy Souleymane N’Diaye, procureur de la République près le tribunal de Dixinn

Comme annoncé dans nos précédentes dépêches, le procès des opposants au changement de la Constitution s’est poursuivi au Tribunal de Première Instance de Dixinn ce vendredi, 18 octobre 2019. L’audience a démarré par les réquisitions de monsieur Souleymane Sidi N’Diaye qui a requis une peine maximale de 5 ans d’emprisonnement et une amende de 2 millions de FG à l’encontre des responsables du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC). Par contre, monsieur N’Diaye a demandé de renvoyer Mamadou Sanoh des fins de poursuite pour délit non constitué, rapporte Guineematin.com à travers deux de ses reporters.

Abdourahmane Sanoh, coordinateur du FNDC et se lieutenants ont été interpellés et mis sous mandat de dépôt depuis le samedi, 12 octobre dernier, à la demande du procureur près le tribunal de première instance de Dixinn. Dans ses réquisitions, Sidi Souleymane N’Diaye s’est penché sur le contenu de la déclaration du FNDC, tenue le 10 octobre et appelant à des manifestations générales à partir du 14 octobre partout en Guinée.

Selon le procureur, « on est intervenu dès qu’on a compris qu’il y avait une menace à l’ordre public. On a entravé le potentiel dangereux. Monsieur le président quand vous lisez la déclaration, vous comprendrez qu’il a un potentiel dangereux à l’ordre public. Et je salue l’attitude de la police, elle a été efficace. Monsieur le président, l’article 561 du code pénal dispose que les manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles graves à l’ordre public sont punis d’un emprisonnement de 3 à 5 ans et d’une amende de 500 mille à 2 millions de francs guinéens. Monsieur président, je vous conjure de faire application stricte de la loi. Monsieur le président : Abdourahmane Sanoh, Alpha Soumah dit Bill de Sam, Mamadou Bobo Bah, Ibrahima Diallo, Baïlo Barry, Sékou Koundouno et Abdoulaye Oumou Sow ont été retrouvés en train de se concerter sur l’exécution de la déclaration du FNDC. Ce sont des actes et manœuvres de nature à compromettre l’ordre et la sécurité publique ou à occasionner des troubles à l’ordre public », a-t-il lancé.

Ainsi, le procureur a demandé au tribunal de renvoyer Mamadou Sanoh (frère de monsieur Abdourahmane Sanoh) des fins de la poursuite pour délit constitué. « Nous sommes intervenus à décharge contre lui ».

Par contre, Sidi Souleymane N’Diaye a demandé au tribunal de sévir contre les autres prévenus. « Monsieur le président, je vous demande de déclarer Abdourahmane Sanoh, Alpha Soumah Bill de Sam, Mamadou Bobo Bah, Ibrahima Diallo, Baïlo Barry, Sékou Koundouno, Abdoulaye Oumou Sow coupables d’avoir à Conakry, courant octobre, mené des activités en vue de provoquer des manifestations et des interruptions des secteurs socioéconomiques sur l’étendue du territoire national. Monsieur le président, qu’il vous plaise de déclarer que ces comportements sont constitutifs de l’infraction de manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique et à occasionner des troubles graves à l’ordre public ; en conséquence monsieur le président, de les retenir dans les liens de la culpabilité de ce chef d’infraction en les condamnant chacun à la peine de 5 ans d’emprisonnement et à une amende de 2 millions de francs guinéens ».

Du TPI de Dixinn, Ibrahima Sory Diallo et Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin