Des habitants des villages de Kökoun et de Sanafara dans la sous-préfecture de Kinièbakoura, préfecture de Siguiri se sont affrontés hier, lundi 11 juin 2018, autour du contrôle d’une zone minière. L’affrontement a fait plusieurs blessés et des dégâts matériels importants, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Les habitants du secteur de Kökoun et ceux du district de Sanafara dans la sous-préfecture de Kinièbakoura se disputent la paternité d’une zone minière depuis 10 ans. L’affaire a été transportée devant la justice qui a tranché en faveur de Kökoun. Une décision jugée injustice et rejetée par le camp adverse. C’est ainsi que ce lundi, 11 juin 2018, à 8 heures du matin, un affrontement armé a opposé les deux camps sur le site disputé.

« Ce conflit dure depuis dix ans maintenant, nous sommes venus à la justice, et la justice a tranché en notre faveur en nous autorisant à exploiter le domaine. Maintenant, ils (les habitants de Sanafara, ndrl) vont plus loin en réclamant la paternité de notre village, ils nous demandent de quitter le village. Mais ce matin, pendant que nos hommes étaient sur le terrain, ils se sont attaqués à eux, en incendiant nos motos à pompe. Plus de 50 motos à pompe ont été incendiées ils ont tiré sur l’un de mes citoyens, la balle l’a atteint au bras, ils ont emporté également une moto de marque apache », a confié à Guineematin.com, Fodé Condé, chef de secteur Kökoun.

Mais, cette version a été aussitôt démentie par Keoulèn Traoré, président du district de Sanafara que nous avons également interrogé. Il soutient que ce sont les habitants de Kökoun qui ont attaqué ceux de son village : « Les enfants sont partis le matin sur les lieux à la recherche de leur bétail, les gens de Kökoun leur ont demandé de quitter les lieux, les enfants ont dit qu’ils sont à la recherche de leurs bœufs. Mais malgré tout, ils ont tiré sur trois de nos enfants qui n’étaient même pas armés. J’ai demandé aux enfants de garder le calme comme le juge leur a vendu le domaine, nous allons aller plus loin, sinon ils savent que le domaine nous appartient », a-t-il indiqué.

Saisi de la situation, le sous-préfet de Kinièbakoura, Souleymane Camara, a dépêché des agents de la gendarmerie sur le terrain pour éviter le pire. L’autorité sous-préfectorale confirme un bilan de quatre blessés et d’importants dégâts matériels : « Le première disposition qu’on a eu à prendre, on a réquisitionné l’escadron mobile qu’on a déployé sur les lieux. A l’heure où nous sommes, le bilan s’élève à 4 blessés, des motos à pompe incendiées et une moto disparue, mais j’attends le rapport de l’escadron. Les blessés sont admis à l’hôpital préfectoral de Siguiri pour des soins », explique le sous-préfet de Kinièbakoura.

Quelques heures seulement après ces violences, un autre affrontement a opposé des habitants des districts de Niandakoura et de Kissakolèn dans la commune urbaine de Siguiri, faisant un mort, trente femmes blessées par balles et plusieurs habitations incendiées.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin