Aly Bangoura, chef du quartier Dixinn port

Dans la matinée de ce mercredi 3 janvier 2018, Guineematin.com a dépêché ses reporters vers les responsables locaux, un mois avant le vote du 4 février qui pourrait mettre fin au mandat de plusieurs d’entre eux. Le chef de quartier de Dixinn port, monsieur Aly Bangoura est parmi ceux qui ont accepté de nous recevoir pour parler des élections locales attendues, le rôle et les avantages liés au poste de chef de quartier…

Souhaitant se succéder à lui-même, monsieur Aly Bangoura a expliqué qu’un chef de quartier n’a pas de rémunération et ne compte que sur la « vente » des certificats de résidence. « Concrètement, les chefs des quartiers ne sont pas rémunérés. Ils n’ont pas de salaire. Nous vivons des certificats de résidence. Nous cherchons à être rémunérés au niveau de l’administration ; mais, jusqu’à preuve du contraire, nous vivons des certificats de résidences. A côté, il y a l’aide des personnes ressources ; c’est-à-dire des citoyens qui nous viennent en aide. Au-delà de ça, on n’a pas une source de revenue proprement dite sur laquelle que nous pouvons compter à la fin de chaque fin du mois », a-t-il dit.

Alors, pourquoi monsieur Bangoura s’attache tant à ce poste ? « Il y a quelques avantages ! Quand tu es élu dans un quartier, il y a des projets, des personnes ressources et même quand il y a des transactions des ventes des terrains dans les différents domaines, nous ne sommes pas directement impliqué ; mais, indirectement, ceux qui achètent des terrains pensent à nous puisque le premier acte administratif d’une transaction pour un terrain c’est le procès verbal du conseil de famille qu’on établit entre l’acheteur et le concessionnaire. Sur ça, on a un petit revenu, un quota qu’on fixe au niveau de ces personnes pour que nous essayions un peu de mobiliser les ressources pour nous permettre de fonctionner au moins », a-t-il précisé.

Aly Bangoura, chef du quartier Dixinn port

Mais, quelle est la disposition légale qui fixe un tel montant ? « Ce quota ne relève pas de la loi ! Mais, quand on est signataire d’un document, c’est moyennant quelque chose. C’est nous qui imprimons, c’est nous qui saisissons l’acte. Puisque le procès verbal du conseil de famille a beaucoup d’avantages, certains le font pour retirer leur argent à la banque, d’autres pour l’achat ou le partage des héritages. Donc, en fonction de ces machins, nous envisageons à donner un prix forfaitaire », a indiqué le chef du quartier.

Enfin, interrogé sur le rôle que doit concrètement jouer un chef de quartier envers les citoyens, Aly Bangoura a répondu : « le rôle d’un chef de quartier élu par les citoyens est de défendre l’intérêt de ces citoyens comme le développement du quartier, le maintien d’ordre, la sécurité et même veiller à la vie sociale de tous les citoyens. Nous sommes la plaque tournante de la politique du sommet. Moi, par exemple, dans mon quartier, je cherche à faire en sorte que mon quartier soit le plus sain, le plus développé que tous les autres. Mais, les moyens nous manquent pour qu’on fasse notre politique ou pour atteindre notre objectif. Seulement, on fait le peu qu’on peu faire pour soulager notre population », s’est finalement félicité monsieur Aly Bangoura.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Guineematin