Les conflits domaniaux sont devenus très fréquents dans la préfecture de Siguiri. Ces disputes pour des lopins de terre entrainent des affrontements sanglants entre de nombreux villages. La justice de paix locale en a enregistré près d’une trentaine ces cinq derniers mois, a appris sur place Guineematin.com, à travers son correspondant dans la préfecture.

Les batailles rangées autour des lopins de terre sont récurrentes dans le Bouré. Les affrontements sanglants ne se comptent plus entre villages voisins. Le jeudi, 10 mai 2018, un conflit domanial a opposé deux districts de la sous préfecture de Maleya. On a enregistré sept (7) blessés graves. Trois jours plus tard, le dimanche 13 mai, les districts de Lènkèkoro kinièba et Nafadji se sont également affrontés. Une bataille qui s’est soldée par la mort d’une personne, sans compter les nombreux blessés et un porté disparu.

Abdoulaye Conté, juge de paix de Siguiri

Depuis le début de l’année 2018, c’est près d’une trentaine de cas de conflits domaniaux que la justice de paix a reçu. Selon monsieur Abdoulaye Conté, le juge de paix de Siguiri, « nous sommes au cinquième mois de cette année. Nous avons relevé vingt neuf (29) affaires domaniales. Donc, ça veut dire que ces affaires sont prépondérantes à Siguiri. Il faut savoir que cela découle de la nature humaine. Le cas spécifique de Siguiri est lié à l’or, à la richesse. Dès que l’or est découvert quelque part, c’est un autre conflit qui naît entre les communautés où il existait de bonnes relations de voisinage et même d’alliance. Cela fait mal de voir des belles familles s’affronter à cause de la richesse », déplore le magistrat.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin