Daddy Koumbassa, président de l’Amicale des Guinéens Résidents en Sierra Léone

Daddy Koumbassa, président de l’Amicale des Guinéens Résidents en Sierra Léone

Les guinéens vivants en Sierra  Leone, représentent une frange importante de la population du pays. Ils évoluent pour la plupart dans le secteur informel et contribuent énormément à la croissance de l’économie nationale du pays. Mais comment vivent-ils dans ce pays frontalier de la Guinée ? Ont-ils des avantages ou de difficultés particuliers ? Pour en savoir sur ces questions, un envoyé spécial de Guineematin.com à Freetown est allé à la rencontre de monsieur Daddy Koumbassa, mécanicien de profession et président de l’Amicale des Guinéens Résidents en Sierra Leone. Avec lui, nous avons également abordé les relations que son association entretient avec l’ambassade de Guinée en Sierra Leone, mais aussi son regard sur l’actualité sociopolitique en Guinée.

Décryptage !

Guineematin.com : Bonjour monsieur Daddy Koumbassa, comment se portent les guinéens vivants en Sierra Léone ?

Daddy Koumbassa : je puis vous dire que les guinéens vont très bien en Sierra Leone. Nous n’avons pas de problèmes présentement en Sierra Leone, nous nous portons bien et nos tuteurs, les léonais nous accordent beaucoup de chance aussi.

Guineematin.com : Récemment, vous aviez des problèmes avec l’ambassadeur de Guinée en Sierra Leone, qu’en est-il de la situation aujourd’hui, est-ce qu’elle s’est finalement arrangée?

Daddy Koumbassa : Non. Nos relations sont toujours perturbées. On a cru recevoir un ambassadeur rassembleur, mais depuis qu’il est là, il a cherché à nous diviser. C’est maintenant que nous cherchons à faire revenir l’ensemble des guinéens pour qu’on puisse parler un seul langage. En ce qui concerne l’ambassadeur, nous n’avons rien de commun avec lui. Je puis vous dire qu’il y a des guinéens qui ont quitté notre chancellerie il y a à peine deux (2) ans maintenant, ils n’y mettent plus pied. Parce que c’est un monsieur qui n’accorde du respect à personne. Alors, au-lieu qu’on arrive à se bagarrer avec lui dans notre chancellerie,  la majeure partie des guinéens ont jugé nécessaire  de le laisser seul dans l’ambassade jusqu’au moment où il sera changé. Peut-être que son successeur, lui, cherchera à nous rassembler.

Guineematin.com : Parler-nous de votre association, comment elle est organisée ?

Daddy Koumbassa : Notre association, bien qu’il (l’ambassadeur) ait cherché à nous diviser, il n’a pas pu, l’association se porte très bien. Parce que là, quand nous disons que c’est l’amicale des guinéens, c’est l’ensemble des ethnies guinéennes réunies en Sierra Leone qui ont formé cette association, elle se porte donc très bien.

Guineematin.com : Concrètement qu’est-ce que vous faites sur le terrain pour les guinéens ?

Daddy Koumbassa : sur le terrain, nous nous activons dès qu’il y a problème. Dès qu’il y a un problème devant la porte d’un guinéen, toute de suite, vous verrez que l’ensemble des guinéens se réunissent et cherchent à résoudre ce problème. On avait des programmes pour même renter chez-nous, donner quelques conseils que nous recevons de ce pays pour qu’on puisse les mettre en œuvre dans notre pays, afin de pouvoir améliorer disons, la vie de nos compatriotes en Guinée. Mais, ce monsieur (l’ambassadeur) ne nous a pas donné vraiment l’occasion. Il est venu tout chambouler, il a cherché à nous diviser.

Guineematin.com : On apprend qu’il y a beaucoup de guinéens qui sont détenus dans les prisons ici à Freetown. Qu’est-ce que vous faites ici pour les assister ?

Daddy Koumbassa : on se bat pour obtenir leur libération, mais le problème ici, est qu’en affrontant le gouvernement Léonais, disons, tous ceux que nous pensons être des guinéens, en leur demandant vous les retrouvez avec des papiers léonais. Et là, le gouvernement nous dit carrément que ce ne sont pas des guinéens mais ce sont des léonais, de laisser donc que la justice faire son travail. Par exemple, quand Charles Destephin était là comme ambassadeur, on a pris disons des guinéens. Effectivement, nous savions que ce sont des guinéens, j’étais là présent avec Charles Destephin, l’ambassadeur. Nous nous sommes rendus à la police, les 15 détenus, quand ils les ont sortis, c’est seulement deux (2) qui possédaient notre carte consulaire ou notre carte d’identité. Tous les autres possédaient des documents léonais. Alors, il y a ce problème, mais on se bat quand même pour que cela soit résolu.

Guineematin.com : Les guinéens sont nombreux en Sierra-Leone, quel est aujourd’hui votre regard sur l’actualité sociopolitique de notre pays ?

Excellence Fodé Camara, ambassadeur de Guinée en Sierra Léone

Daddy Koumbassa : les guinéens en Sierra Leone forment plus d’un quart de la population Sierra Léonaise. En ce qui concerne la politique, nous n’avons pas de problème, c’est seulement monsieur Fodé Camara, notre ambassadeur qui a voulu mettre le feu entre les guinéens. Sans quoi ici, il y a le RPG, il y a l’UFDG, le PUP, il y a assez de partis et il n y a jamais eu de problème hein. C’est seulement à son arrivée que nous avons rencontré quelques problèmes.

Guineematin.com : Un dernier mot ?

Daddy Koumbassa : Mon dernier mot, c’est concernant notre pays. Nous suivons les médias, vraiment, nous ne sommes pas aussi encouragés parce que tout ce que l’on apprend, nous remarquons là qu’il y a un abandon de l’Etat. Notre pays est un peu abandonné parce que quand j’apprends qu’on cherche à faire une semaine de citoyenneté, moi personnellement, je dirais que ce n’est que du gaspillage. C’est l’application des lois qui fait un bon citoyen, sans quoi il n’y a pas de bon citoyen. C’est quand la loi est appliquée dans le vrai sens, que le citoyen devient bon citoyen. Nous demandons à ce que le gouvernement applique un peu la loi ; mais notre pays est abandonné, il faut que le gouvernement cherche à remédier à cela.

Propos recueillis et décryptés à Freetown par Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tel. : (00232)  88 58 26 17

Facebook Comments

Guineematin