Seul détenu parmi tous les responsables du CHU Ignace Deen pointés du doigt dans ce détournement, le chef comptable du CHU Ignace Deen, Almamy Youssouf Coumbassa, inspecteur des services financiers aurait rendu l’âme à la maison centrale de Conakry, alors qu’il était assis sur une chaise et ceux qui l’ont vu longtemps dans cette position croyaient qu’il dormait… 

Son corps sera finalement déposé à la morgue de l’hôpital où il travaillait (Ignace Deen) par l’ambulance de la prison, a appris Guineematin.com de sources concordantes.

Détenu depuis le 28 juin 2017, Almamy Youssouf Coumbassa a pourtant clamé son innocence chaque fois qu’il a eu l’occasion de s’exprimer. « C’est une double signature qu’il faut pour qu’un retrait soit possible. C’est le DG et moi qui avons la possibilité de le faire. Personnellement, je n’ai pas décaissé ce montant dont on parle », disait monsieur Coumbassa au TPI de Kaloum le mardi 08 mai passé, lors de son tout premier passage au tribunal.

Dr. Awada, DG Ignace Deen

Sur les circonstance de son arrestation, celui que certains appelaient « vieux Coumbassa » a décrit une sorte de piège qu’il n’imaginait sans doute pas allait le conduire dans un gouffre aussi profond… « J’étais dans mon lit de malade quand Dr. Awada (Directeur Général de l’hôpital Ignace Deen, ndlr) est allé me chercher pour me dire que des inspecteurs voulaient me voir pour des explications. On est venu au bureau de la DAAF où on m’a posé des questions sur les subventions de l’hôpital dont le compte est domicilié à la banque centrale. Je leur ai dit que je n’en savais rien. On m’a fait signer un document que la DAAF est allée remettre à l’inspecteur d’Etat », avait expliqué Almamy Youssouf Coumbassa.

A part le défunt, plusieurs autres responsables d’Ignace Deen sont cités dans ce détournement qui porte sur une somme d’un milliard 327 millions 432 mille francs guinéens, y compris le Directeur Général, Dr. Mohamed Awada, qui est d’ailleurs passé au tribunal mettre toutes les accusations de détournement au compte de l’ancien comptable. Il y a également l’inspecteur d’Etat, Sévérin Kourouma ; la caissière de l’hôpital national Ignace Deen, Fatoumata Diallo ; et aussi la responsable du contrôle financier, Dalanda Barry.

« On a décaissé 165 millions et 172 millions de francs guinéens qu’on a partagé au niveau du pool financier de l’hôpital, au nombre de six personnes. Puis, on a pris 70 millions de francs qu’on a donné à l’inspecteur Séverin Kourouma, pour couvrir les deux premiers montants », avait expliqué le défunt au tribunal, lors de la première audience.

Au cours de la deuxième audience, il a été demandé de faire parvenir au tribunal, les rapports financiers (recettes et dépenses) du CHU Ignace Deen de la période allant du 1er janvier au 30 septembre 2016. La période pendant laquelle le montant d’un milliard 327 millions 432 mille francs guinéens a disparu du compte bancaire de l’hôpital Ignace Deen de Conakry. Cette demande a été acceptée par le tribunal qui a ordonné le renvoi du procès au mardi prochain, 29 mai 2018, date à laquelle les documents sollicités devraient être présentés au tribunal.

Malheureuse, monsieur Coumbassa ne sera pas au tribunal puisqu’il n’est plus de ce monde. Ce qui fait suscite assez d’interrogations sur sa mort pendant cette période de procès…

Déjà, on apprend que certains prisonniers comme Toumba Diakité auraient tiré la sonnette d’alarme sur l’insécurité en prison.

A suivre !

Facebook Comments

Guineematin