A N’Zérékoré, c’est le ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail qui a lancé les épreuves de l’examen d’entrée en 7ème année. Accompagné des cadres de son département, dont les directeurs généraux de l’AGUIPE et de l’ONFPP, Lansana Komara a mis l’occasion à profit, pour visiter le Centre de Formation Professionnelle (CFP), l’Ecole Normale d’Instituteurs (ENI) et la Direction Régionale de la Santé (DRS) de N’Zérékoré, a constaté sur place Guineematin.com, à travers son envoyé spécial.

La région administrative de N’Zérékoré compte au total 37 mille 499 candidats, dont 14 mille 442 filles, au compte du Certificat d’Etudes Elémentaires (CEE), pour 140 centres d’examen.

Pour ce qui de l’enseignement technique et la formation professionnelle, la région de N’zérékoré compte 1668 candidats, dont 825 filles, pour la session 2018.

Conscient des nombreux défis auxquels son département est confronté, Lansana Komara a dit venir à N’Zérékoré pour constater de visu ces réalités du terrain.

Lansana Komara

« Nous sommes là pour comprendre les problèmes qui existent. Ainsi, à notre retour à Conakry, nous allons nous retrouver pour analyser tous les problèmes afin de trouver des solutions, étape par étape, puisqu’on ne peut pas résoudre tous les problèmes à la fois. Mais, le constat par endroit est très bien. Vous n’êtes pas sans savoir que très souvent il y’a quelque chose qui manque. Et, c’est ce que nous sommes en train de recenser et je crois que le travail est en train de se passer très bien. Après le lancement des épreuves, j’ai constaté depuis Mamou que les élèves sont à l’heure, les maitres aussi sont à l’heure. Ça, c’est extrêmement important. Les épreuves sont lancées à l’heure, je vois aussi l’engouement des jeunes gens qui sont là sur les bancs et surtout quand j’ai visité certains centres professionnels, j’ai vu des jeunes filles qui sont engagées dans les ateliers, c’est très bon pour notre pays. Ça veut dire que le genre est en train d’être respecté », s’est félicité le ministre.

Jean Guilavogui

Pour sa part, Jean Guilavogui, directeur régional de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, a dit que les élèves composent dans 17 filières différentes dans sa région. Et, par rapport à cette évaluation, « c’est l’approche par compétence qui a été mise en exergue. Puisque la durée de la formation est de deux ans, on s’est dit qu’il faut passer à une évaluation nationale afin de comprendre la capacité de l’apprenant. Donc, à titre expérimental, le département a instauré cette Approche Par Compétence (APC) pour ces jeunes (…). L’Etat a beaucoup fait, mais il reste encore beaucoup de défis à relever au niveau du système de l’enseignement technique. C’est entre-autres la fourniture des matières d’œuvre, parce que si les écoles professionnelles doivent évoluer, il nous faut la matière d’œuvre ; aussi, l’équipement, les machines sont vétustes. Si nous voulons de l’excellence, il faut que nous changions la qualité de travail par rapport à la technologie actuelle », a-t-il proposé.

A noter qu’après avoir lancé les épreuves, Lansana Komara et la forte délégation qui l’accompagne se sont rendus successivement au siège de la communauté Konia et du RPG Arc-en-ciel, où ils ont bénéficié d’un accueil chaleureux.

De N’Zérékoré, Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Guineematin