Les bureaux des marchés de la capitale guinéenne, au-delà de la gestion administrative et humaine, gèrent aussi une manne financière importante. Il s’agit des taxes collectées chaque jour auprès des commerçants. Mais où va tout cet argent et à quoi sert-il ? Plus d’un citoyen se posent ces questions. Guineematin.com est allé donc se renseigner là-dessus auprès des autorités de certains marchés de Conakry.

Même s’il n’y a pas de statistiques disponibles là-dessus, il est tout de même évident que les marchés de Conakry génèrent beaucoup de ressources. Des ressources constituées des taxes que les commerçants payent de façon quotidienne pour certains et mensuelle pour d’autres. Et dans ce domaine, le marché du « Changement » ex Avaria est un maillon fort, de par le nombre de commerçants qui l’occupent (Environ 4 mille personnes).

Alsény Diawara, administrateur général du marché « Changement » ex Avaria

S’agissant donc de la gestion des fonds collectés, Alsény Diawara l’administrateur général du marché « Changement », explique : « Officiellement le commerçant verse 500 francs au niveau des percepteurs. Les prix sont homologués selon l’espace occupé par le commerçant. Nous, nous avons ce qu’on appelle droit de marché. Nous demandons 500 francs s’il s’agit d’un tablier, 10 mille francs si c’est un conteneur, 25 mille francs au-moins pour une boutique, 50 mille francs par magasin, ça dépend. Parce qu’il y a deux types de boutiques dans les marchés. Il y’a les boutiques personnelles et les boutiques de location. Et lorsqu’on a à faire à des boutiques personnelles, on ne peut pas les taxer, parce que ces boutiques-là sont agglomérées dans un centre, leurs propriétaires paient des quotas à l’Etat. Les boutiques qui sont sous nos tutelles, chaque fin de mois, on collecte et on verse au Gouvernorat. Nous versons par mois au Gouvernorat au-moins 4 millions 800 mille francs, ça c’est l’argent collecté des boutiques fixes. Pour les droits de marché, nous versons selon le nombre de personnes, c’est-à-dire par nombre de billets. Là aussi, notre prévision est de 2.250.000 francs guinéens. Tous ces montants sont versés au Gouvernorat », a-t-il indiqué.

Alsény Diawara, administrateur général du marché « Changement » ex Avaria

Monsieur Alsény Diawara assure que l’administration du marché n’a pas la charge de gérer cet argent et n’a pas une part là-dans. Les fonds collectés sont entièrement remis au Gouvernorat de la ville de Conakry et les responsables et travailleurs de l’administration du marché sont payés à la fin du mois par le Gouvernorat, ajoute –t-il.

Quant au sempiternel problème des ordures, l’administrateur du marché du « Changement » précise qu’il n’est pas géré par l’administration du marché. « Les ordures ne sont pas gérées par l’administration. Il y a un service parallèle qu’on appelle la PME, c’est elle qui gère les ordures, c’est la même PME qui pose les billets au niveau des commerçants. L’administrateur est là pour pistonner les PME à ne pas laisser les ordures dans le marché », explique notre interlocuteur.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Guineematin