Le ministre de la Santé, Dr Abdourahmane Diallo, a lancé hier mercredi, 25 avril 2018 à Faranah, les activités de la célébration de la journée mondiale de lutte contre le paludisme. C’était en présence de l’ambassadeur des Etats-Unis en Guinée, des autorités régionales et préfectorales de Faranah, des agents sanitaires, des partenaires techniques et financiers ainsi que plusieurs autres personnalités.

La journée a démarré par un marathon qui est parti du carrefour Kéméni-Loro pour s’achever devant la maison de jeunes située dans le centre-ville de Faranah. Après la présentation des officiels suivie de la prestation artistique, plusieurs discours ont été prononcés.

D’abord, celui du directeur de cabinet du gouvernorat de Faranah, Mohamed Lamine Kéïta qui, au nom du gouverneur, a souhaité la bienvenue aux invités. Il a fait savoir qu’au regard des progrès accomplis par l’ensemble des parties prenantes dans la lutte contre le paludisme, les guinéens peuvent se féliciter parce que, dit-il, le nombre de cas qui était de 109.530 en 2017 dans sa région est passé à 19.927 en 2018, soit une baisse d’environ 82%. « Le nombre de décès qui était de 98 cas à la même période en 2017 est passé à 19 cas. Soit une baisse estimée à 81% », a dit Mohamed Lamine Kéïta.

Abondant dans le même sens, Siriman Camara de l’OMS a, au nom de Dr Rébeka Moheti, représentante régionale de l’organisation mondiale de la santé  pour l’Afrique, souligné que « la journée mondiale de lutte contre le paludisme célébrée le 25 avril de chaque année, vise à attirer l’attention de la communauté mondiale sur le fléau que constitue cette maladie et ses impacts dévastateurs sur les familles, les communautés et le développement », rappelant que le thème retenu pour cette année est « Prêt à vaincre le paludisme ». Un thème qui souligne la nécessité d’accélérer les efforts pour venir au bout de la maladie.

Pour lui, les pays des régions d’Afrique ont enregistré la plus forte augmentation du dépistage de la maladie dans le secteur public, qui est passé de 36% de cas suspects en 2010 à 87% en 2016.

A son tour, l’ambassadeur des Etats-Unis en Guinée, Denis Hakins, s’est dit très fier des résultats enregistrés dans la lutte contre le paludisme. « J’ai déjà noté que depuis 2012 quand le gouvernement a commencé son engagement, c’était 45% de prévalence du paludisme au sein de la population. Maintenant, c’est 15%. Alors, grâce aux efforts du gouvernement avec l’appui des partenaires internationaux, il y a eu une diminution de 2/3 de cas de paludisme dans votre pays », a dit le diplomate américain.

 Selon lui, il est rare de voir de résultats si concrets en termes de développement. « Le paludisme n’est pas un problème de Conakry. Le taux de paludisme à Conakry est de 2%. C’est un problème de la Guinée profonde, un problème des communautés, des villages », a-t-il dit avant de saluer les efforts des autorités, notamment le ministère de la Santé.

Prenant la parole, le ministre de la Santé, Dr Abdourahmane Diallo, a salué les uns et les autres pour leur mobilisation en faveur de la lutte contre la maladie. Particulièrement, le Président de la République, Pr. Alpha Condé et le Premier- ministre, Mamady Youla, qui ont inscrit la santé comme secteur prioritaire de leur politique de développement. « Depuis 2012, le ministère de la Santé, grâce à l’engagement de l’Etat et du soutien des partenaires techniques et financiers, met en œuvre le plan stratégique national qui définit les orientations en matière de lutte contre le paludisme », a dit le ministre. Rappelant que dans la mise en œuvre de ce plan stratégique, plusieurs actions majeures ont été réalisées grâce à la synergie d’action de tous les acteurs. « La prévalence est passée de 44% en 2012 à 15% en 2016 », a-t-il rappelé.

Malgré ces avancées majeures, Dr Abdourahmane Diallo indique le paludisme reste aujourd’hui encore un véritable problème de santé publique. « Malgré les efforts du gouvernement, soutenu par les partenaires, cette maladie sévit à l’état d’endémie stable, en recrudescence saisonnière dans l’ensemble des régions du pays », a-t-il ajouté.

C’est pourquoi, le ministre a invité les uns et les autres à redoubler d’efforts pour consolider les acquis et venir à bout de cette maladie.

De Faranah, Alpha Assia Baldé, envoyé spécial de Guinematin.com

Tél : 622 68 00 41  

Facebook Comments

Guineematin