Le secrétaire général adjoint du SLECG, Aboubacar Soumah a rencontré ce jeudi 07 décembre 2017, au siège à Donka, ses camarades enseignants. La démarche visait à faire le compte rendu des échanges qu’il a eu avec les deux leaders religieux du pays (l’imam de Fayçal et l’archevêque de Conakry), sur la grève qu’il a lancée le 13 novembre dernier. A l’issue de cette rencontre tenue avec la base, par la voix d’Aboubacar Soumah, les syndicalistes ont annoncé aux médias la suspension de la grève pour deux (2) mois.

Décryptage !

« Nous nous sommes rencontrés avec les leaders religieux. Après avoir rencontré le président de la République avec les propositions que nous leurs avons faites, ils sont venus nous demander, nous transmettre le message du président de la République, qui leur a dit ceci ‘’allez dire à monsieur Soumah avec ses camarades syndicalistes, et après toute proposition qui me sera présentée, je serais derrière lui’’. Donc, les religieux sont venus me transmettre ceci et s’engagent à faire respecter nos revendications, à faire en sorte que le président accepte nos revendications parce qu’il a déjà dit qu’il est derrière eux. Et, ces religieux nous ont demandé de rester aussi derrière eux. Chose que nous avons aussi accepté parce que nous sommes des musulmans et des chrétiens. Donc, si les chefs religieux, chrétiens et musulmans, nous demandent de rester derrière eux et qu’ils s’engagent à faire en sorte que nos revendications aboutissent, nous ne ferons que nous aussi rester derrière eux. C’est pour cette raison, aujourd’hui, nous avons demandé à tous les enseignants de Guinée, de bien vouloir accepter de suspendre la grève momentanément jusqu’à ce que ces chefs religieux-là mènent leur démarche auprès du gouvernement pour que nos revendications soient satisfaites. Comme c’est les chefs religieux, on ne peut pas aller au de-là, nous avons donc accepté de rester derrière eux. Et, c’est ce message là que nous venons de transmettre à tous les enseignants de Guinée et qu’à partir de maintenant, que le mot d’ordre de grève soit suspendu de façon momentanée. Et si on n’est pas satisfait, dans un mois, dans deux mois ou dans trois mois, nous allons décrocher la grève et en ce moment, personne ne pourra nous arrêter tant que nos conditions ne sont pas satisfaites, nous resterons en grève. Mais pour le moment, la décision est qu’on reprend lundi 11 décembre sur toute l’étendue du territoire national », a dit Aboubacar Soumah.

Interrogé sur le communiqué de l’inspectrice générale de l’éducation qui fait état du recrutement de 900 nouveaux enseignants, Aboubacar Soumah ironise : « ça, c’est pour amuser la galerie. L’Etat est incapable de payer les salaires et se permet de recruter encore d’autres personnes. Qui peut valablement remplacer ces enseignants déjà titulaires dans les salles de classes ? Ça, ce sont des termes d’intimidations qui sont erronés, on ne peut pas remplacer ces enseignants-là, ce n’est pas possible ».

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments