Dans l’après-midi d’hier mardi, 19 juin 2018, l’ambassadeur du Japon en Guinée, Son Excellence Hisanobu Hasama, en collaboration avec la FAO et le PAM a procédé au lancement du projet ‘’renforcement des moyens d’existence des populations affectées par les catastrophes naturelles en Guinée’’.

La cérémonie a eu lieu dans la commune rurale de Sérima, relevant de la sous-préfecture de Popodara, dans la commune urbaine de Labé. C’était en présence du ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, du préfet de Labé, des représentants du PAM et de la FAO en Guinée, ainsi que plusieurs autres personnalités, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Labé.

C’est aux environs de 14 heures que la délégation, en provenance de Longoma, dans la préfecture de Lélouma est arrivée à l’école primaire de Sérima où une importante foule s’impatientait.

Après le discours de bienvenue adressé à la délégation par le président de la Commune rurale de Sérima, la parole est revenue au représentant de la FAO en Guinée, monsieur Mohamed Hama Garba, qui s’est dit heureux d’être avec la population Sérima dans le cadre du lancement des activités dudit projet.

Mohamed Hama Garba

Selon Mohamed Hama Garba, au-delà du caractère symbolique de cette cérémonie, il s’agit surtout de traduire en actes concrets l’objectif de renforcement des moyens de subsistance des populations touchées par les catastrophes naturelles à travers de multiples interventions pour répondre à leurs besoins en termes de sécurité alimentaire et nutritionnelle. « Ce projet, exécuté par la FAO et le PAM, est financé par l’Ambassade du Japon, à travers les fonds du budget supplémentaire 2017. Sa mise en œuvre devrait permettre la relance, voire l’accroissement des activités de production de 1 650 ménages agricoles, 15 groupements de riziculteurs et deux unions d’étuveuses de riz, contribuant ainsi à réduire durablement la précarité au niveau de plus de 12 600 personnes », a-t-il indiqué.

Le représentant de la FAO en Guinée a ajouté que le projet qui est lancé couvre quatre préfectures : Kindia, Mamou, Labé et Koundara. « Il appuiera des ménages et groupements agricoles touchés par les catastrophes naturelles en leur fournissant divers intrants agricoles (semences, engrais et outils). Et, à terme, grâce à la mise en valeur de 1 485 hectares, il induira la production de neuf cent vingt-six tonnes de riz, six cent quarante-trois tonnes de maïs, une grande quantité de niébé et de légumes (gombo et aubergine) », a-t-il cité.

A en croire Mohamed Hama Garba, dans les préfectures de Labé et à Koundara, une partie de la production sera cédée aux unions d’étuveuses appuyées par le PAM qui, dans le cadre de son programme d’alimentation scolaire basée sur la production agricole nationale, rachètera le produit fini qu’il mettra à la disposition des cantines scolaires en Moyenne Guinée et en Guinée forestière pour environ 52 000 élèves de l’enseignement primaire.

Sur les objectifs du projet, le représentant de la FAO en Guinée a noté que cela participe au renforcement des capacités des bénéficiaires à travers une série de formations sur les itinéraires techniques du riz et du maïs, les bonnes pratiques alimentaires et nutritionnelles et la gestion durable des ressources naturelles et des risques de catastrophes.

SE Hisanobu Hasama

Prenant la parole, l’ambassadeur Japon en Guinée, Son Excellence Hisanobu Hasama a informé que ce projet coûte environs 16 milliards de francs guinéens dans le but d’aider les habitants des zones affectées par les inondations et les ruptures de production agricole, ainsi que la poursuite du programme des cantines scolaires. « Ce montant permettra l’achat local de plus de mille tonnes de riz étuvé afin de fournir un repas par jour à plus de 47 000 élèves, de 340 écoles du programme de cantines scolaires. Il fournira également une assistance alimentaire directe à plus de 4 000 élèves de 30 écoles », a dit l’ambassadeur, ajoutant qu’une assistance technique sera fournie à 2 000 producteurs de riz et à 1 300 producteurs de légumes.

Selon Hisanobu Hasama, ce projet de la FAO vise à renforcer aussi les capacités de productions agricoles des zones touchées par les attaques des chenilles et de parvenir à la sécurité alimentaire. « L’objectif est de mettre près de 1500 hectares en culture pour arriver à une production de 900 tonnes de riz et 650 tonnes de maïs, ainsi que d’autres productions agricoles ».

Au nom des populations de Sérima, le préfet de Labé, Elhadj Safioulaye Bah, a vivement remercié le gouvernement du Japon à travers son ambassadeur accrédité dans notre pays. Le Préfet a expliqué à la population comment le Japon qui a subi les conséquences de la seconde guerre mondiale est devenu une puissance économique incontournable de nos jours, estimant que la Guinée peut aussi prendre l’exemple réussi du Japon.

La rencontre a pris fin par la remise officielle des intrants agricoles, des engrais ; mais aussi d’importants outils de travail au groupement agricole ‘’Sérima Haldi Fotti 2’’.

De Labé, Alpha Assia Baldé, envoyé spécial de guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin