Selon des informations confiées à Guineematin.com, la radio BTA FM a été fermée par les autorités locales dans la matinée de ce lundi, 27 novembre 2017, et deux journalistes ont été invités à s’expliquer au Gouvernorat de Labé, avant d’être conduits à la Sûreté où ils sont en train d’être auditionnés.

Ce matin, dans son émission « Coup de Gueule »- qui passe à la radio BTA FM entre 8 heures 30 et 10 heures (du lundi au jeudi)- a joint au téléphone Aboubacar Soumah, le leader syndical qui a lancé le mot d’ordre de grève générale qui paralyse de système éducatif guinéen depuis deux semaines. Alpha Oumar Fogo Baldé, qui animait l’émission, a demandé à monsieur Soumah « c’est quand la fin de cette grève et donc la réouverture des écoles ». Et, Aboubacar Soumah a estimé qu’il appartient aux autorités d’ouvrir les négociations avec le syndicat pour discuter des problèmes à l’origine de la crise. Malheureusement, la radio a subi des pressions de tous les côtés et on a finalement invité l’animateur au gouvernorat pour explications.

Du bureau de Sadou Kéïta (Gouverneur de Labé), l’animateur, Alpha Oumar Fogo Diallo et son collègue Mamadou Saïdou Diallo (tous les deux animateurs à la radio BTA FM) ont été conduits à la sûreté de Labé où ils sont en train d’être auditionnés.

Joint au téléphone par Guineematin.com, Alpha Fadi Diallo, l’animateur principal de l’émission « Coup de Gueule » (qui était absent de la radio ce matin) a confirmé la fermeture de BTA FM Labé par les autorités locales et lui-même s’apprêtait à entrer à la sûreté urbaine de Labé pour également être auditionné.

Enfin, Thierno Amadou Bah, le patron de la radio, également joint au téléphone par Guineematin.com est malheureusement au village, près de sa maman qui est actuellement souffrante…

A rappeler qu’à Conakry, il est prévu une réunion des responsables des radios et télévisions privées dans l’après-midi de ce lundi pour essayer d’harmoniser les positions entre l’ensemble des médias indépendants de la République de Guinée face aux menaces proférées par le président Alpha Condé.

Plus que jamais, la presse guinéenne est menacée et le pire est à craindre !

A suivre !

Nouhou Baldé pour Guineematin.com

Facebook Comments