Si dans certaines localités, la distribution des cartes d’électeurs se déroule normalement, ce n’est pas le cas dans la commune de Kaloum. Dans cette circonscription électorale, l’opération démarre avec de timidité. D’abord elle a tardé à débuter et maintenant elle est caractérisée par une morosité qui ne dit pas son nom, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place hier, vendredi 12 janvier 2017.

Jusqu’au mercredi 10 janvier dernier, la distribution des cartes d’électeurs n’avait pas encore commencé dans la plupart des quartiers de la commune de Kaloum. Il a fallu donc l’implication du président de la CECI de la commune pour amener les agents distributeurs à entamer les travaux. Ces derniers refusaient en effet de démarrer l’opération pour exiger la revalorisation de leurs primes, fixées à 250 000 francs le mois, soit 8000 francs par jour. Mais le président de la CECI les a exhortés à commencer les travaux pour ne pas perturber le processus électoral.

« Le président de la CECI nous a fait comprendre que nous œuvrons tous pour le bon déroulement de ces élections et donc si on sabote, ce n’était même pas les commissaires de la CECI qui sabotaient l’opération mais les éléments qui composent les commissions de chaque commission de distribution des cartes d’électeurs. Donc, ils ont compris que ce n’est pas une question d’argent mais une question de volontariat. Parce qu’aujourd’hui tout le monde veut que les élections se tiennent. En tout cas chez moi ici, les deux qui ne voulaient pas travailler, je leur ai fait comprendre que l’affaire-là, ce n’est pas pour la CENI, ni pour le gouvernement mais pour la population », a indiqué Abdoulaye Djibril Diallo, membre de la CECI et président de la commission de distribution des cartes d’électeurs de Sandervalia.

A Almamya 2 également, on nous apprend que c’est l’intervention du président de la CECI qui a conduit au démarrage des travaux. Mais les agents ont une oreille sur l’évolution des négociations qui seraient en cours à la CENI sur la question de leurs primes. C’est ce que nous a laissé entendre Lansana Diawara, président de la commission de distribution des cartes d’électeurs du quartier. « Le président de la CECI de Kaloum nous a dit de continuer à travailler pour ne pas perdre du temps, que les négociations sont en cours. Donc depuis lors, mes collaborateurs et moi, travaillons ensemble en attendant la satisfaction de nos revendications. On a envoyé une commission à la CENI centrale, des représentants des CECI pour les négociations », dit-il.

L’issue de ces négociations sera donc déterminante pour la suite de l’opération de distribution des cartes d’électeurs dans cette commune. Car, la prime proposée est inacceptable selon Mariama Youssouf Camara, membre de la commission de distribution des cartes de Coronthie : « Nous ici, hier on a arrêté les travaux jusqu’à midi. C’est quand on a reçu l’appel du président de la CECI pour nous dire de continuer la distribution qu’on a repris. 250 000 francs guinéens pour 30 jours, ça ne peut pas arranger avec tout le travail là. Donc, on lance un appel à la CENI d’améliorer nos conditions de travail », a-t-elle a déclaré.

De son côté, la commission de distribution des cartes d’électeurs de Manquepas était fermée ce vendredi encore. Les membres de ladite commission refusaient toujours de commencer le travail jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée à leur problème de primes.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin