Après deux ans de crise, c’est finalement le gouverneur de la Région Administratif, Sadou Keïta qui a réussi à installer Mamadou Bobo Bah au poste de chef du district de Gonkou, relevant de la Commune Rurale de Hafia, dans la préfecture de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Pour la petite histoire, en 2015, le président du district qui était en fonction à Gonkou a été impliqué dans une affaire de vol de bétail.

Le mis en cause avait alors été suspendu par le maire de la commune rurale, en accord avec le sous-préfet de la localité. Il était alors question de le remplacer mais les deux autorités communales et sous-préfectorales ne se sont pas entendues sur la personne la mieux indiquée pour assurer l’intérim du chef du district de Gonkou.

Saisi de la question, le Colonel Mamadou Lamarana Diallo, alors préfet de Labé a pris un acte nommant Mamadou Bobo Bah comme président du district et Ibrahima Bah comme adjoint. Mais, cette décision s’est heurtée à la farouche opposition du maire de la commune rurale, Elhadj Mamadou Diao Diallo qui préfère Ibrahima Bah au choix du préfet.

Quelques mois après, l’autorité communale réussit à tordre la main au préfet (contre des espèces sonnantes et trébuchantes, disent les mauvaises langues) qui finit par prendre un second acte conforme à la volonté du maire de la commune rurale.

Il n’en fallait pas pour soulever les jeunes et les femmes de la localité qui, eux aussi, s’opposent catégoriquement à l’installation du bras droit du maire de la commune rurale comme président de district de Gonkou. Commencent alors des manœuvres de part et d’autre.

Pour atteindre son objectif, le maire de la commune rurale recrute les notables de Gonkou qui ne manquent pas de stratégie contre le sieur Mamadou Bobo Bah : « c’est un vendeur d’alcool. Il habite Labé ville. Il ne sait même faire ses ablutions pour la prière », explique le conseil des sages aux autorités de Labé.

Par contre les jeunes et les femmes du village ne se laissent pas faire : « c’est un agent de développement très disponible pour la communauté. C’est lui ou personne » réplique la majorité des citoyens.

Les multiples missions déployées sur le terrain pour dénouer la crise n’ont jamais rien réussi. C’est dans ce contexte de crise que le camp de Mamadou Bobo Bah accuse sur les antennes d’une radio privée locale le préfet, Colonel Mamadou Lamarana Diallo d’avoir reçu du maire de la commune rurale de Hafia la somme de huit millions de francs (8.000.000 GNF) pour annuler sa première décision au profit du doyen Ibrahima Bah contesté par les jeunes et les femmes de Gonkou.

Informé de cette situation conflictuelle par voix de presse, le gouverneur de la Région Administrative de Labé, Sadou Keïta interpelle les autorités préfectorales et fait venir les groupes antagonistes de Gonkou dans son bureau. Après avoir écouté les deux parties, il a invité les notables de Gonkou de rentrer au village et essayer de résoudre la crise à l’amiable en famille. Il attendu six (6) mois sans avoir jamais reçu un compte rendu ni de la part des citoyens de Gonkou, ni de la part des autorités préfectorales.

Se rappelant que l’année dernière les citoyens de la localité ont rencontré beaucoup de difficultés liées aux papiers légaux de vente du bétail à l’occasion de la fête de tabaski, le gouverneur de Labé décide alors d’aller à la rencontre de la communauté. Il a été accueilli à quelques kilomètres du village par un cortège composé de jeunes et de femmes partisans de Mamadou Bobo Bah.

Cette forte mobilisation du camp adversaire indispose le maire de la commune rurale, Elhadj Mamadou Diao Diallo qui accepte difficilement de prendre la parole pour souhaiter la bienvenue à la délégation du gouverneur de région. Il le fait quand même de façon très brève.

Après avoir prononcé son discours introductif de la rencontre, discours dans lequel il a déploré le manque de cohésion sociale au sein de cette communauté villageoise, le gouverneur de Labé a donné la parole aux citoyens. Malgré ses conseils, chaque partie est restée ferme sur sa décision de ne pas accepter l’autre comme chef du
district.

Mais, le constat qui s’est dégagé de la rencontre est que le nommé Mamadou Bobo Bah contrôle la situation.

Tenez vous bien ! Tous les notables qui ont pris la parole pour justifier la position du conseil des sages ont été traités publiquement et ouvertement de menteurs par les jeunes et les femmes fortement mobilisés pour les besoins de la cause.

Tirant les leçons des différentes déclarations entendues de part et d’autre, le gouverneur a tenu à préciser et rappeler la laïcité de l’Etat guinéen. Par conséquent, il a ironisé en ces termes : « quand il sera question de désigner un imam, je vais vous consulter. En attendant, laisser moi faire de l’administration. Pour le moment, nous confions le district à Mamadou Bobo Bah jusqu’aux prochaines élections. Vous allez lui apprendre à faire ses ablutions pour la prière » a-t-il indiqué avec beaucoup de fermeté.

Ces propos du gouverneur de Labé ont été accompagnés d’applaudissement nourris de la foule.

L’autre constat qui a sans doute influencé cette décision du gouverneur de région est de savoir qu’au moment où les notables disaient qu’ils ne veulent pas de Mamadou Bobo Bah parce que ce dernier réside à Labé ville, les débats ont permis de découvrir que le candidat des doyens, lui, réside à Kankan.

Qu’à cela ne tienne ! Après avoir reçu solennellement la copie de la décision préfectorale le nommant et le cachet du district des mains du Chef de cabinet du gouvernorat de Labé, Ouremba Traoré, Mamadou Bobo Bah s’est adressé à ses citoyens en ces termes : « chers citoyens, vous avez suivi la déclaration du gouverneur. Je me mettrais entièrement à votre disposition. Je vais servir la communauté. Je vais vous protéger.»

Ce projet de société décliné en quelques mots seulement en dit long sur l’inquiétude des notables de la localité. Car, selon certaines indiscrétions, le nouveau chef du district disait à qui voulait l’entendre qu’il comptait mettre fin aux jugements dans le village des cas de crimes et de vols de batail qui constituent aujourd’hui un mode de gestion dans la plupart des collectivités rurales de notre pays.

La délégation du gouverneur de Labé s’est retirée de Gonkou après avoir bénéficié des bénédictions de ces mêmes notables, suivies de la prière de 14 heures à la mosquée. Cette mission effectuée dans le village par le gouverneur de région a donc permis de mettre fin à une crise qui a duré près de 2 ans.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin