Communiqué : Washington, 08 Mai 2018 — La Banque mondiale a approuvé un financement de 55 millions de dollars pour améliorer la santé des mères et des enfants dans deux des régions les plus pauvres de la Guinée, Kindia et Kankan. Le Projet de renforcement du système de santé et des capacités en Guinée entend aider le gouvernement à mieux planifier et à financer durablement la politique de santé publique dans le pays.

Le projet vise en particulier les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans, qui dépendent des services de santé primaires au niveau communautaire ainsi que les dispensaires et les hôpitaux de district.

« Les régions de Kankan et de Kindia manquent cruellement de moyens financiers pour assurer des services de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile. Les investissements de la Banque mondiale, à travers ce projet, contribueront à améliorer sensiblement la situation », explique Rachidi Radji, Représentant Résident de la Banque mondiale pour la Guinée.

La Guinée, qui se remet encore des effets de l’épidémie d’Ebola, affiche des indicateurs de santé maternelle et infantile particulièrement préoccupants, surtout dans les régions reculées.

« L’ampleur de l’épidémie d’Ebola a détruit le système de santé guinéen et la capacité à traiter les maladies de base reste limitée », explique Ibrahim Magazi, l’un des deux chefs d’équipe du projet.

« En renforçant la prestation de soins de base et en investissant dans des interventions axées sur les résultats et ciblées sur les besoins locaux, le projet permettra d’améliorer les soins de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile » a ajouté Christopher H. Herbst, co-chef d’équipe de ce projet.

La Guinée, qui se remet encore des effets de l’épidémie d’Ebola, affiche des indicateurs de santé maternelle et infantile particulièrement préoccupants, surtout dans les régions reculées.

Les interventions prévues au titre du projet sont alignées sur la stratégie définie dans le cadre de partenariat du Groupe de la Banque mondiale avec la Guinée, qui préconise d’améliorer les indicateurs de développement humain, en développant notamment l’enseignement de base, la protection sociale et la santé. Le projet soutient par ailleurs le Plan national de développement de la santé 2015-24.

« Les autorités guinéennes s’efforcent de bâtir un système de santé plus résilient afin que chaque femme, chaque enfant et chaque adolescent bénéficie d’une prise en charge médicale adaptée », souligne Mariam Claeson, directrice du Mécanisme de financement mondial (GFF). « Le GFF se félicite de pouvoir apporter une aide financière à la Guinée pour faire face aux besoins sanitaires d’aujourd’hui — et de demain. »

Le projet est financé par un crédit de 22,5 millions de dollars et un don d’un montant équivalent de l’Association internationale de développement (IDA)* et par une subvention de 10 millions de dollars du GFF qui aideront à renforcer les capacités de financement, de planification et de prise de décision fondée sur des données probantes. L’objectif du GFF est d’accompagner la Guinée dans la mise en œuvre de son plan ambitieux en faveur d’un système de santé plus durable et efficace. Pour y parvenir le GFF associe un projet pilote de financement basé sur la performance à une assistance technique au financement de la santé, tout en renforçant le système d’information sur la gestion de la santé.

À propos de l’IDA

L’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Fondée en 1960, elle vise à réduire la pauvreté en accordant des prêts (appelés « crédits ») et des dons destinés à des programmes de nature à stimuler la croissance économique, à réduire les inégalités et à améliorer la vie des plus démunis. L’IDA figure parmi les principaux bailleurs de fonds des 75 pays les plus pauvres de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA permettent d’apporter des changements positifs dans la vie de 1,5 milliard de personnes résidant dans les pays éligibles à son aide. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 113 pays. Le volume annuel des engagements est en constante augmentation et s’est élevé en moyenne à 18 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 54 % environ de ce montant étant destinés à l’Afrique.

À propos du GFF

Le Mécanisme de financement mondial (GFF) est un partenariat formé par diverses parties prenantes pour aider les pays à s’attaquer aux problèmes de santé et de nutrition les plus graves touchant les femmes, les enfants et les adolescents. Il associe les autorités nationales et les partenaires à des plans pilotés par les pays, qui donnent la priorité à des services de santé ayant un fort impact, mais insuffisamment financés. Le Fonds fiduciaire du GFF joue un rôle de catalyseur en accordant aux pays des financements d’ampleur limitée qui leur permettent d’accroître dans une large mesure les ressources intérieures fournies aux côtés des fonds de la Banque mondiale (IDA et BIRD), de financements extérieurs alignés et des ressources du secteur privé. Chaque investissement extérieur de montant relativement faible est multiplié par les engagements des pays eux-mêmes, et génère ainsi un important retour sur investissement qui permet à terme de sauver des vies humaines et d’améliorer la situation des populations.

Communiqué transmis par le service presse du Groupe de la Banque mondiale en Guinée 

Facebook Comments

Guineematin