« Personne n’a jamais primé mille entrepreneurs et sur un programme de cent millions de dollars sur dix ans. C’est la première fois qu’on se met à grande échelle pour réussir à prouver que les jeunes talents créent beaucoup d’emplois », a précisé Lionel Zinsou, ancien Premier béninois, à la fin du troisième forum africain pour l’entrepreneuriat, organisé les 13 et 14 octobre de cette année à Lagos, au Nigéria, par la Fondation Tony Elumelu.

Comme on le sait, le philanthrope et patron du groupe United Bank for Africa (UBA) a mis sur la table cent millions de dollars américains (dix millions chaque année) pour identifier, former, encadrer et financer 10 000 entrepreneurs africains pendant dix ans. Ce programme, lancé en 2015 par la Fondation Tony Elumelu (TEF) vise à aider les jeunes africains à devenir pourvoyeurs d’emplois ! La Fondation Tony Elumelu (TEF) qui est la plus importante organisation philanthropique d’Afrique dédiée au soutien à l’entrepreneuriat a bouclé son 3ème Forum annuel de l’entrepreneuriat (TEF) le 14 octobre 2017 à Lagos.

Après la cérémonie de clôture, l’envoyé spécial de Guineematin.com a interrogé l’ancien Premier ministre du Bénin, son Excellence Lionel Zinsou, qui participe à ce forum « depuis le 1er jour » !

Décryptage :

Personne n’a jamais primé 1000 entrepreneurs et sur un programme de 100 millions de dollars sur 10 ans. C’est la première fois qu’on se met à grande échelle pour réussir à prouver que les jeunes talents créent beaucoup d’emplois. En trois ans, on estime qu’on n’est pas loin des 150 mille emplois. Au moins 1000 entrepreneurs primés, 150 mille emplois créés ! Personne n’a jamais fait ça. Donc, ça a valeur d’une expérience de tout le continent qui montre que ce n’est pas si cher que ça pour les entreprises. C’est très cher pour les mécènes, cent millions, ça demande une fortune personnelle immense. Mais, pour des entreprises, pour des Etats, c’est possible de créer beaucoup d’emplois en aidant quelques uns qui sont les meilleurs qui sont sélectionnés dans tout le continent et qui en plus vont agir les uns avec les autres, qui se créent des liens, un réseau… Vous verrez que c’est une voie complètement nouvelle. C’est un tournant pour l’Afrique. Déjà, après trois ans, je vois que c’est un bon pas. Au bout des dix ans, si Dieu nous prête vie, on verra qu’on aura fait bouger les lignes y compris en Guinée, y compris au Bénin.

Propos recueillis par Nouhou Baldé, envoyé spécial de Guineematin.com à Lagos (Nigéria)

Facebook Comments