Paul Moussa Diawara, relevé de l’OGP pour des détournements de fonds publics

Le combat contre la corruption, engagé par le nouveau locataire de la primature, est diversement apprécié par les citoyens de Conakry. Si d’aucuns y voient une volonté réelle d’assainir les finances publiques, d’autres soutiennent que c’est du cosmétique destiné à jeter de la poudre aux yeux des guinéens. Ces avis divergents ont été exprimés au micro d’un reporter de Guineematin.com hier, mardi 12 juin 2018.

Le limogeage des directeurs généraux de l’Office Guinéen de Publicité (OGP) et de l’Office Guinéen des Chargeurs (OGC), pour des malversations présumées, a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Au lendemain de sa nomination, le nouveau Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana avait averti que la lutte contre la corruption est une des priorités de son équipe. C’est entre-temps que Paul Moussa Diawara (OGP) et Sékou Camara (OGC) ont été limogés.

Sékou Somparé

Cette mesure est saluée par de nombreux compatriotes qui souhaitent qu’elle s’inscrive dans la durée. Pour Sékou Somparé, professeur de Sport, rencontré à Dixinn Terrasse, « c’est une bonne chose qu’une telle initiative soit prise par le Premier ministre. Si l’Etat s’engage à contrôler la gestion publique, cela va contribuer à l’évolution de notre pays. Les gens pensent que c’est méchant, mais ce n’est pas le cas. C’est normal de contrôler comment les dépenses ont été effectuées. Pour le moment, Paul Moussa Diawara est présumé innocent, c’est une question de vérification. Après, c’est à lui de donner des explications pour qu’il s’en sorte. Si non, la démarche de Kassory, en matière de contrôle des différents départements, est une bonne chose ».

Quid de la pérennité de cette mesure ?

Selon Sékou Somparé, cela est possible « si le gouvernement le laisse travailler. Mais, je sais que ça va être très difficile pour lui, c’est une lourde responsabilité… Ça va être difficile pour lui parce que quelque part, on peut lui dire, à un moment donné, d’arrêter », pense-t-il.

Mohamed Bah

Pour Mohamed Bah, acteur de la société civile, la lutte contre la corruption « est tardivement engagée par le président Alpha Condé. Combien de fois des scandales sont dénoncés dans ce pays sans jamais qu’il y ait d’enquêtes ? Que peut-on dire des deux anciens Premier ministres qui n’ont rien fait dans ce sens ? On encourage Kassory à aller au delà de deux personnes déjà incriminées. Nous voulons que le président Alpha Condé lui laisse les mains libres pour traquer les criminels économiques. Mais, je doute que la lutte contre la corruption se prolonge. Ça ne fera pas long feu », soutient-il.

Par contre, certains citoyens y voient une manière de s’attirer l’amitié du peuple pour le détourner des vrais problèmes. Pour ce citoyen en service au ministère de l’administration du territoire, qui a préféré garder l’anonymat, « ce n’est que de la poudre aux yeux ça. Tout ce bruit, c’est que Kassory veut juste marquer son territoire, pour qu’on dise qu’il est là. Pourquoi c’est seulement des politiciens qui sont visés ? C’est parce qu’ils n’ont pas fondu leur parti au RPG Arc-en-ciel ? Qu’on arrête de duper l’opinion publique. Le duo Kassory-Alpha, vous verrez ce que cela va donner sous peu. L’un est venu pour une mission précise, sa propre mission, l’autre est plus qu’un renard. Ils se sépareront en queue de poisson », prédit le doyen.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel 628 17 99 17

Facebook Comments

Guineematin